Découvrir ce qui se passe à l'OMC

NOUVELLES:  COMMUNIQUÉ DE PRESSE 2002

PRESS/288
2 mai 2002
Le commerce devrait légèrement se redresser en 2002 après avoir fortement fléchi en 2001

En 2001, les exportations mondiales ont diminué de 1 pour cent en volume et de 4 pour cent en valeur pour tomber à 6 000 milliards de dollars EU, selon le dernier rapport de l'Organisation mondiale du commerce sur le commerce international publié aujourd'hui (2 mai 2002). Pour 2002, les économistes de l'OMC prévoient un léger redressement d'environ 1 pour cent.

150pxls.gif (76 bytes)

VOIR AUSSI:
Communiqués de presse
Nouvelles
Allocutions: Mike Moore



Le commerce mondial de marchandises ne devrait progresser que très faiblement d'une année sur l'autre malgré la croissance de 6 pour cent qui est prévue entre le quatrième trimestre de 2001 et la période correspondante de 2002” indique l'étude devant faire partie du Rapport annuel 2002 de l'OMC qui paraîtra prochainement.

Un fort rebond est peu probable, selon les économistes de l'OMC, en raison des “perspectives beaucoup moins prometteuses” qui s'offrent aux industries des technologies de l'information.

Le recul de 1,5 pour cent du volume des exportations en 2001 faisait suite à une augmentation de 12 pour cent en 2000. La baisse régulière a été imputée à la faiblesse persistante de la croissance économique mondiale (PIB) et en particulier à la forte réduction des niveaux des stocks dans les pays de l'OCDE, ce qui a encore accentué le recul des importations.

La chute de 4 pour cent de la valeur des exportations en 2001 a constitué la plus forte baisse annuelle enregistrée depuis 1982. Elle a concerné les trois principaux groupes de produits — produits agricoles, produits des industries extractives et produits manufacturés.

Les échanges de services commerciaux ont fléchi de 1,5 pour cent, s'établissant à 1 400 milliards de dollars EU. C'est le premier recul d'une année sur l'autre enregistré pour les exportations mondiales de services commerciaux depuis 1983. La valeur des exportations de certains services commerciaux — par exemple communications, assurance, services financiers, redevances et droits de licences — a augmenté, mais pas suffisamment pour compenser la diminution des exportations de services de transports et de voyages.

  

Forte contraction du commerce mondial en 2001; léger redressement prévu pour 2002.

Voici les principales conclusions du rapport:

  • La valeur et le volume des exportations mondiales (mesure du commerce mondial) ont diminué en 2001, ce qui offre un contraste frappant avec 2000, année marquée par une croissance exceptionnelle du commerce comme de la production. Au quatrième trimestre de 2001, le volume des exportations mondiales était carrément inférieur de 6 pour cent au niveau de l'année précédente.
  • Trois facteurs ont joué un rôle important dans ce ralentissement global plus sensible que prévu: l'éclatement de la bulle des technologies de l'information à l'échelle mondiale; la faiblesse de la demande en Europe occidentale et, dans une mesure nettement moindre, les événements du 11 septembre 2001.
  • La chute des investissements des entreprises, la forte réduction des stocks et le ralentissement de la croissance de la consommation privée sur tous les principaux marchés industriels ont entraîné une baisse correspondante du commerce tout au long de l'année 2001.
  • Les régions et pays dont les exportations ont le plus baissé en 2001 étaient ceux où il y avait un commerce important de produits des technologies de l'information — l'Asie de l'Est et les États-Unis. Certaines nations commerçantes de l'Asie de l'Est qui sont fortement tributaires des produits des technologies de l'information ont accusé une baisse record des exportations et de la production (par exemple Singapour, Taipei chinois).
  • La situation a été très différente dans les régions et pays qui avaient profité de la brusque remontée des prix du pétrole et du gaz en 1999-2000 et qui ont généralement enregistré une forte croissance des importations et du PIB en 2001 (par exemple les économies en transition et le Moyen-Orient).
  • La valeur en dollars EU des exportations mondiales de marchandises a fléchi de 4 pour cent pour tomber à 6 000 milliards de dollars en 2001, soit une baisse beaucoup plus rapide que celle des exportations de services commerciaux (-1,5 pour cent) qui ont atteint 1 440 milliards de dollars l'an dernier.
  • En 2001, les exportations de marchandises des pays en développement ont reculé de 6 pour cent, taux légèrement supérieur à la moyenne mondiale, en raison de la nette contraction des expéditions de produits des technologies de l'information des nations commerçantes de l'Asie de l'Est et des expéditions des pays en développement exportateurs de pétrole.
  • Selon les estimations, les exportations et les importations des pays les moins avancés auraient été stationnaires en 2001. Si ces estimations approximatives se confirment, les pays les moins avancés auraient enregistré une progression de leurs exportations plus rapide que celle du commerce mondial pour la troisième année consécutive, leur part restant toutefois très faible (0,5 pour cent).
  • En 2001, lorsque la Chine est devenue Membre de l'OMC, ses bons résultats commerciaux l'ont placée au quatrième rang des nations commerçantes du monde (si l'on considère l'UE comme une seule nation commerçante et si l'on cumule les exportations et les importations de marchandises et de services commerciaux).
  • Le commerce mondial devrait se redresser à partir du premier trimestre de 2002, sous l'effet tout d'abord de la reconstitution des stocks. L'accroissement de 6 pour cent des exportations mondiales prévu entre le quatrième trimestre de 2001 et celui de 2002 aboutit à une croissance annuelle moyenne escomptée de 1 pour cent pour 2002. Pour la deuxième année consécutive, la croissance du commerce mondial sera inférieure à l'expansion de la production mondiale.
  • Le secteur des technologies de l'information occupe une place plus importante dans le commerce international que dans la production mondiale. En conséquence, les échanges mondiaux ont davantage pâti de l'éclatement de la bulle des technologies de l'information que la production. De tout temps, au niveau mondial, le commerce a progressé plus rapidement que la production. La différence va probablement s'atténuer au cours des années à venir en raison d'une révision à la baisse des prévisions concernant la croissance de la demande et de l'investissement dans le secteur des technologies de l'information, conjuguée à des coûts de transport plus élevés – conséquence des événements du 11 septembre 2001.
  • Un examen sur le plus long terme de l'importance des prix des produits de base en tant qu'élément déterminant les recettes d'exportation des pays en développement a permis de constater ce qui suit:
    • Les prix des produits de base sont devenus beaucoup moins importants en tant qu'élément déterminant les recettes d'exportation de l'ensemble des pays en développement au cours des dernières décennies. Ce recul a été très inégal selon les régions en développement. Entre le début des années 70 et la fin des années 90, les pays en développement d'Asie et d'Amérique latine sont parvenus à réduire considérablement leur dépendance à l'égard des exportations de produits primaires, mais l'Afrique reste tributaire des produits de base qui représentent 80 pour cent de ses exportations de marchandises.
    • Parmi les pays en développement, ceux qui exportent des produits primaires sont toujours plus nombreux que ceux qui exportent essentiellement des produits manufacturés.
    • En comparant la structure des exportations des différentes économies en développement pendant les périodes 1968-1970 et 1998-2000 on constate que sur les 103 pays en développement qui exportaient essentiellement des produits de base, 27 seulement ont réussi à entrer dans la catégorie des pays exportant essentiellement des produits manufacturés.
    • Les 35 pays en développement exportateurs de produits manufacturés (huit exportateurs traditionnels et 27 nouveaux) regroupent plus des trois quarts de la population totale des pays en développement à la fin des années 90. Si l'on exclut la Chine et l'Inde, les 33 pays en développement exportateurs de produits manufacturés restants représentent encore plus de la moitié de la population vivant dans le monde en développement.
150pxls.gif (76 bytes)
Télécharger le chapitre 2 du Rapport annuel: Evolution du commerce mondial (en format pdf: 30 pages, 116 Ko)

La version intégrale du rapport sera disponible en juin.
  

Les rapports annuels peuvent être téléchargés gratuitement à partir de la librairie en ligne.