Découvrir ce qui se passe à l'OMC

NOUVELLES:  COMMUNIQUÉ DE PRESSE 2002

PRESS/297
11 juin 2002
L'accession à l'OMC et la libéralisation du commerce favorisent la prospérité, la stabilité et la paix, dit le Directeur général lors de la Conférence ministérielle sur le commerce organisée par l'OMC à l'intention de l'Europe centrale et du sud-est

Le Secrétariat de l'OMC, conjointement avec le gouvernement de la Croatie, a, pour la première fois, organisé à Zagreb (Croatie) une Conférence ministérielle sur le commerce à l'intention de l'Europe centrale et du sud-est.
La Conférence a été ouverte aujourd'hui par le Directeur général de l'OMC, M. Mike Moore, et se tiendra jusqu'au 12 juin 2002.

150pxls.gif (76 bytes)
VOIR AUSSI:
Communiqués de presse
Nouvelles
Allocutions: Mike Moore

Le texte intégral de la déclaration de M. Moore



Cliquer pour accéder au portail du Programme de Doha pour le développementLa présente Conférence aurait dû avoir lieu depuis longtemps”, a dit M. Moore. “Plusieurs pays de cette région sont Membres de l'OMC depuis un certain temps. D'autres ont récemment accédé à l'Organisation ou sont en voie d'y accéder. Leurs préoccupations et intérêts diffèrent d'un pays à l'autre, mais il existe aussi des domaines où il y a largement convergence. Dans tous les cas, beaucoup pourrait et doit être fait pour aider ces pays à s'intégrer davantage dans le système commercial multilatéral. Une plus grande intégration sera bénéfique pour le système et pour tous les Membres”.

“L'accession à l'OMC et la libéralisation du commerce peuvent contribuer à favoriser la prospérité, la stabilité et la paix. La libéralisation du commerce crée des emplois et est génératrice de croissance, et ceux qui tirent profit de leurs échanges réciproques instaurent et accroissent la stabilité. L'accession à l'OMC, ou la perspective d'y accéder, peuvent contribuer à rendre irréversibles les réformes économiques libérales et un attachement à la primauté du droit. Le système de règlement des différends de l'OMC offre aux pays une soupape de sécurité essentielle qui leur permet de régler leurs différends commerciaux sans recourir à la force. Ainsi, la libéralisation du commerce, l'attachement à la primauté du droit et le règlement pacifique des différends dans le cadre d'une enceinte multilatérale comme l'OMC sont tous des éléments qui contribuent à créer un climat de stabilité. Je suis heureux que les économies en transition jouent un rôle positif et constructif dans le système multilatéral”, a dit M. Moore.

M. Moore a demandé instamment à l'ensemble des principales parties prenantes, aux organisations multilatérales, aux banques et organismes régionaux, ainsi qu'aux donateurs bilatéraux, de jouer le rôle qui leur revient en aidant les pays de la région à s'intégrer davantage dans le système commercial et à se préparer en vue des négociations dans le cadre du Programme de Doha pour le développement.

Cette Conférence offre aux Ministres de la région une occasion exceptionnelle de débattre de questions importantes concernant la participation de leur pays au système commercial multilatéral. Au cours des deux prochains jours, les participants débattront de certains des problèmes les plus importants auxquels est confronté le système commercial multilatéral: coopération technique; accession; questions résultant de Doha; régionalisme; et difficultés et possibilités en matière de commerce et d'investissement.

Il est prévu que participent à cette Conférence des Ministres et des hauts fonctionnaires de 18 pays, à savoir Albanie, Bélarus, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Croatie, Estonie, ex-République yougoslave de Macédoine, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Moldova, Pologne, République fédérale de Yougoslavie, République slovaque, République tchèque, Roumanie, Slovénie et Turquie. Sont également invités les représentants des organisations multilatérales, banques et organismes régionaux, organisations non gouvernementales et donateurs bilatéraux ci-après: les États-Unis et la Commission de l'Union européenne, le corps diplomatique, les représentants de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international (FMI), du Centre du commerce international, de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), de la Chambre de commerce internationale, de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), de la Commission économique pour l'Europe de l'ONU, du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), du Pacte de stabilité, de l'Overseas Private Investment Corporation (OPIC), de l'Organisation de coopération économique de la mer Noire, de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), de l'Institut mixte de Vienne, de la Friedrich Ebert Stiftung, de la Fondation Soros et du Forum économique mondial.

Le texte intégral de la déclaration de M. Moore