OMC: NOUVELLES 2011

DIRECTEUR GÉNÉRAL

> Déclaration devant le Comité monétaire et financier international du FMI

POUR EN SAVOIR PLUS:

  

Déclaration devant le Comité du développement de la Banque mondiale

M. le Président, M. Zoellick, Vos Excellences,

La dernière fois que je me suis adressé à ce comité en octobre dernier, l'atmosphère générale était à l'optimisme, avec le sentiment que les pires moments de la crise économique étaient derrière nous et que la reprise mondiale, tirée entre autres choses par les échanges commerciaux, était lancée. Nos projections les plus récentes confirment le retour à la normale du commerce, avec une croissance attendue de 6,5 pour cent cette année.

M. le Président, mon intervention sera courte et portera sur trois sujets clés.

Premièrement, le système de l'OMC risque aujourd'hui de ne pas pouvoir faire aboutir le Cycle du développement de Doha entamé il y a dix ans. De l'optimisme du début de l'année, il ne reste quasiment rien. Les Membres de l'OMC ont achoppé sur les derniers points des négociations commerciales du Cycle de Doha, à savoir les réductions des droits de douane appliqués aux produits industriels pour les économies développées et les économies émergentes. Il est grand temps que les gouvernements dépassent l'étroitesse des intérêts particuliers et réfléchissent aux conséquences d'un affaiblissement du système commercial multilatéral qui a contribué avec tant de succès à résister aux pressions protectionnistes pendant la crise.

Vous conviendrez j'en suis certain que les conséquences d'un échec du Cycle de Doha seront plus lourdes pour les pays en développement, en particulier pour les moins avancés d'entre eux, qui dépendent le plus pour leur croissance de l'existence d'un système commercial ouvert reposant sur des règles équitables.

Deuxièmement, lors de notre dernière rencontre, j'avais appelé votre attention sur la Conférence PMA IV des Nations Unies, qui doit s'ouvrir dans quelques semaines à Istanbul, en Turquie. J'avais noté qu'elle serait l'occasion pour la communauté internationale de réaffirmer son engagement d'aider les pays les moins avancés à atteindre leurs objectifs de développement et à mettre en place une reprise et une croissance plus durables. Je suis convaincu que si nous échouons collectivement à faire en sorte que la Conférence ait des résultats tangibles pour les PMA, nous aurons manqué une occasion unique de contribuer à la prospérité économique de ces pays. Ce n'est guère le message que la communauté internationale doit faire passer à ses membres les plus faibles, qui ont subi les conséquences d'une crise qu'ils n'avaient pas causée.

Pour finir, je voudrais vous parler du troisième Examen global de l'Aide pour le commerce qui aura lieu les 18 et 19 juillet 2011 à Genève. Il doit nous permettre d'évaluer collectivement les progrès que nous avons réalisés pour aider les pays en développement à augmenter leur capacité de production. Les examens antérieurs ont mis en relief les ressources additionnelles mobilisées par les donateurs et les progrès accomplis s'agissant d'intégrer le commerce dans les stratégies de développement nationales et régionales;  le but du prochain examen sera de montrer l'impact de l'Aide pour le commerce sur le terrain.

Il y a quelques semaines, M. le Président Zoellick et moi‑même avons participé à une action d'information sur le rôle du secteur privé organisée par la Chambre de commerce des États‑Unis ici à Washington. Cette activité a permis de mettre en évidence le caractère essentiel de la participation du secteur privé pour le succès de l'initiative Aide pour le commerce. Nous avons aussi l'intention d'aborder la facilitation des échanges et l'intégration régionale, qui sont cruciales pour améliorer les résultats commerciaux des pays en développement.

En résumé, ce que je suis venu vous dire aujourd'hui c'est que le commerce et le développement peuvent se renforcer mutuellement; qu'il faut consolider et non pas affaiblir le système de l'OMC;  et que nous devons continuer à soutenir les efforts déployés par les pays en développement pour s'intégrer dans l'économie mondiale. En ces temps difficiles, c'est un impératif.

Je vous remercie de votre attention.

  

Flux de nouvelles RSS

> Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.