DIRECTEUR GÉNÉRAL

Pour en savoir plus

  

M. Azevêdo a souligné que les secteurs marchands étaient d'importantes sources d'emplois pour les femmes et que les entreprises exportatrices étaient souvent les plus gros employeurs de femmes dans les pays en développement. À titre d'exemple, au Rwanda, 74% des personnes qui font du commerce transfrontalier sont des femmes. Au Cambodge, 86% des employés du secteur de la soie sont des femmes. En Chine, les femmes représentent 55% des entrepreneurs du numérique.

Le Directeur général, M. Azevêdo, a fait valoir que le commerce jouait un grand rôle dans l'autonomisation économique des femmes, mais qu'une série d'obstacles entravaient leur accès aux marchés et débouchés internationaux. "Les disparités entre les sexes sont considérables et il reste encore beaucoup à faire pour les éliminer", a-t-il déclaré. Il a décrit certains des obstacles qui, selon lui, devraient être levés par des politiques commerciales inclusives. Il s'agit notamment d'obstacles juridiques et réglementaires, de l'accès au capital, d'obstacles culturels et de la formation à dispenser pour développer les connaissances et les compétences nécessaires.

Il a présenté certaines mesures de politique commerciale spécifiques qui pourraient contribuer à résoudre ces problèmes et notamment aider les petites et moyennes entreprises (PME) à faire du commerce. Les PME étant d'importants pourvoyeurs d'emplois pour les femmes, ces dernières pourraient tirer un avantage tout particulier aux mesures d'aide à ces entreprises. M. Azevêdo a également souligné l'importance d'investir dans la collecte de données sur les effets du commerce sur les femmes. "Il n'existe pas assez de données à l'heure actuelle pour évaluer correctement les différentes lacunes et la manière de les combler", a-t-il dit.

Le Directeur général a conclu que cette question gagnerait à être mieux étudiée à tous les niveaux — local, national et mondial. "Si nous voulons changer les choses, nous devons tous nous mobiliser", a-t-il ajouté.

Le Directeur général, M. Azevêdo, a participé à une table ronde aux côtés de: Amina Mohamed, Ministre des affaires étrangères et du commerce international du Kenya; Francois-Philippe Champagne, Ministre du commerce international du Canada; Jennifer Gallegos, Vice-Présidente pour le développement, International Women's Coffee Alliance; et Silvana Koch-Mehrin, fondatrice de Women in Parliaments, qui a animé la rencontre.

Une nouvelle brochure de l'OMC intitulée "Gender Aware Trade Policy: A Springboard for Women's Economic Empowerment" a été mise à la disposition des participants au Forum.

Plus d'informations sur le Forum international sur les femmes et le commerce sont disponibles ici.

Partager


Partager


  

Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.