AIDE POUR LE COMMERCE

Pour en savoir plus

  

L'Aide pour le commerce est une initiative multipartite visant à mobiliser des ressources pour faire face aux besoins liés au commerce et aux contraintes du côté de l'offre identifiés par les pays en développement et les pays les moins avancés (PMA). De plus amples informations sont disponibles ici.

L’impact négatif de la pandémie de COVID-19 sur la participation des pays en développement au commerce mondial et leur accès au financement du commerce est apparu comme une préoccupation majeure lors de la réunion. Les exportations de marchandises et de services des pays en développement ont été gravement affectées par la baisse mondiale de la demande et les perturbations des chaînes de production.

Le sort des pays africains a été souligné, en particulier le risque que la crise liée à la COVID-19 n’anéantisse certains gains en matière de développement. On trouvera ici une analyse par le Groupe africain des conséquences de la pandémie sur les économies du continent. Le Bénin, s’exprimant au nom du groupe, a appelé à la réduction de la fracture numérique entre pays en développement et pays développés. Un programme d’Aide pour le commerce transparent et inclusif aidera les pays en développement à atteindre leurs objectifs de développement, a dit la délégation. D’autres délégations ont repris à leur compte le rôle que l’Aide pour le commerce pouvait jouer pour soutenir la reprise économique.

Les Membres sont convenus d’examiner de quelle manière ils pouvaient tenir compte de l’impact de la pandémie de COVID-19 lors d’une réunion informelle qui se tiendrait plus tard dans l’année. Ils ont également décidé de proroger jusqu’à la fin de 2022 le délai prévu pour la mise en úœuvre du programme de travail biennal actuel, intitulé “Permettre un commerce connecté et durable”.

Le prochain Examen global aura également lieu en 2022, comme les Membres en sont convenus. Le but de l'Examen global est de renforcer le suivi et l'évaluation de l'Aide pour le commerce afin d'inciter fortement les donateurs comme les bénéficiaires à faire avancer le programme d'Aide pour le commerce. Le septième Examen global a eu lieu en juillet 2019.

La réunion a également donné lieu à des exposés sur le soutien disponible pour aider les pays en développement à gérer la crise. La Banque africaine de développement (BAfD) a indiqué qu’elle avait mobilisé une Facilité de réponse rapide à la COVID-19 dotée d'un montant de 10 milliards d'USD pour faire face à l’impact de la COVID-19. Elle met l’accent sur l’octroi d’un soutien budgétaire aux pays touchés, domaine dans lequel la BAfD dispose d’un avantage comparatif. La crise a également entraîné une "accélération massive de la numérisation" des processus internes de la BAfD. Alors que la crise liée à la COVID-19 a ralenti les progrès dans la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine, la BAfD a annoncé son soutien renouvelé au projet par l'intermédiaire d'un financement de 4,8 millions de dollars EU.

D'après la Banque asiatique de développement (BAsD), les pays en développement d’Asie devraient enregistrer une croissance de 0,1 % en 2020, soit le chiffre le plus bas enregistré par la région depuis 1961. Le représentant a communiqué au Comité des informations sur le programme d’options de réponse à la pandémie de COVID-19, qui prévoyait un montant de 30 milliards d'USD pour aider les pays en développement à lutter contre la pandémie grâce à des mesures incluant des mesures de relance budgétaire et l’utilisation des monnaies locales pour les prêts. La Banque interaméricaine de développement a indiqué qu’elle avait renforcé l’aide à court terme et à long terme aux pays en développement dans des domaines tels que la promotion des exportations, le financement du commerce, la facilitation des échanges et les mesures d'incitation en faveur de l’investissement étranger.

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement a mentionné des projets liés au transfert de connaissances et à l’innovation dans 38 pays en développement. La Banque islamique de développement a indiqué que 14 millions d'USD étaient alloués pour aider les États arabes à lever les obstacles à l’accès aux marchés et à s’intégrer davantage dans les chaînes de valeur mondiales. Le représentant a noté l’importance de stratégies ciblées et axées sur les résultats et la nécessité d’un processus de consultation solide. Le Groupe de la Banque mondiale a fait état des travaux en cours visant à aider les pays en développement à renforcer leur résilience face à la crise et à se redresser plus rapidement. Cela comprend une enveloppe de 2 milliards d'USD pour soutenir les projets d’infrastructure et les secteurs de l'industrie manufacturière, de l'agriculture et des services les plus touchés par la pandémie.

Plusieurs Membres ont rendu compte de leurs programmes et activités d’Aide pour le commerce et ont réaffirmé leur soutien à l’initiative Aide pour le commerce, notant l’importance d’une réponse coordonnée.

L’Union européenne a informé les délégations de l’approche “équipe d'Europe” et de l'enveloppe de 36 milliards d'USD mobilisée pour soutenir les pays partenaires dans la lutte contre la pandémie et ses conséquences. L’UE a également confirmé sa dernière contribution de 2 millions d’EUR au Fonds global d’affectation spéciale de l'OMC pour le PDD pour financer des activités de formation et autres activités de renforcement des capacités à l’intention des fonctionnaires gouvernementaux. La Chine a annoncé un nouvel accès aux marchés en franchise de droits et sans contingent pour les produits originaires du Bangladesh. Les États-Unis ont fait état d’une aide d'un milliard d'USD en faveur des pays vulnérables pour lutter contre la pandémie, y compris par le biais de la surveillance des maladies et de la protection des travailleurs de la santé, sous l'égide de leur agence USAID.  La Norvège et le Royaume-Uni ont tous deux noté qu’ils modifiaient l'orientation de leurs programmes d’Aide pour le commerce afin d'aider les pays en développement à atténuer les effets de la crise liée à la COVID-19.

Des renseignements actualisés ont également été fournis par le Cadre intégré renforcé, le Centre du commerce international, le Fonds pour l’application des normes et le développement du commerce, l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel et la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement au sujet de la manière dont ils adaptent leurs programmes dans le cadre de la réponse à la COVID-19.

Partager

Partager


  

Des problèmes pour visualiser cette page ?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.