AIDE POUR LE COMMERCE

Pour en savoir plus

  

Les Membres se sont félicités du projet de programme de travail de l'Aide pour le commerce pour 2020-2021, intitulé “Permettre un commerce connecté et durable”, présenté par le Président, M. l'Ambassadeur Chad Blackman (Barbade). Ce dernier a invité les délégations à aider à finaliser ce plan de travail biennal afin que celui-ci puisse être approuvé avant la réunion suivante du Conseil général, prévue le 3 mars.

L'Aide pour le commerce est une initiative multipartite visant à mobiliser des ressources pour surmonter les contraintes liées au commerce et les contraintes du côté de l'offre identifiées par les pays en développement et les pays les moins avancés (PMA). Des renseignements additionnels sont disponibles ici.

Plusieurs Membres de l'OMC ont fait rapport sur leurs activités d'Aide pour le commerce. La Fédération de Russie a donné aux délégations des renseignements sur le Sommet Russie-Afrique, qui s'est tenu en octobre 2019 à Sotchi (Russie) et au cours duquel des contrats commerciaux ont été signés pour un montant de 20 milliards d'USD. La Chine a fait rapport sur la première Exposition économique et commerciale Chine-Afrique tenue du 18 au 20 juin 2019 à Changsha (Chine); elle a souligné sa volonté de développer l'investissement en Afrique et a réaffirmé son soutien aux PMA.

Le Royaume-Uni a réaffirmé son soutien à l'Initiative Aide pour le commerce, y compris son soutien financier à divers mécanismes d'Aide pour le commerce. Il s'agissait de la première intervention du Royaume-Uni dans le cadre du Comité depuis l'annonce de son retrait de l'UE aux Membres de l'OMC. Le Royaume-Uni a également souligné les résultats du Sommet Royaume-Uni-Afrique sur l'investissement et le fait qu'il accueillerait la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (Conférence des Parties à la CCNUCC ou COP26), qui se tiendrait du 9 au 19 novembre.

La RDP lao et le Pérou ont donné un aperçu de la manière dont l'Aide pour le commerce avait contribué à l'ouverture commerciale observée dans le cadre des récents examens de leurs politiques commerciales. La Jamaïque a mis en avant la Micro Investment Development Agency, par le biais de laquelle 620 millions de JMD (4,4 millions d'USD) ont été mobilisés pour promouvoir la création d'emplois dans le secteur des micro-entreprises.

Les Membres se sont réjouis des renseignements actualisés concernant l'Aide pour le commerce communiqués par le Cadre intégré renforcé, le Fonds pour l'application des normes et le développement du commerce et le Centre du commerce international.

Un atelier sur l'Aide pour le commerce a été organisé en marge de la réunion du Comité pour étudier le rôle que l'Aide pour le commerce peut jouer dans la transformation et la promotion de l'économie rurale, qui représente plus de la moitié de la population mondiale. La discussion était axée sur le développement et la transformation de l'économie rurale, un thème qui est apparu comme prioritaire pour les pays en développement et les partenaires de financement dans le cadre de l'Exercice 2019 de suivi et d'évaluation de l'Aide pour le commerce, dirigé par l'OMC.

Parmi les principaux points qui se sont dégagés de l'atelier figuraient le rôle central de l'agriculture dans l'économie rurale et la nécessité, pour les gouvernements, d'axer leurs politiques sur la croissance de la productivité et de mettre en avant l'incidence directe du développement agricole et rural sur la réduction de la pauvreté. L'atelier a également permis de souligner le rôle essentiel des politiques publiques, notamment pour aider les agriculteurs à se connecter aux chaînes de valeur mondiales et régionales, et l'importance des services fournis par les femmes entrepreneurs et les agriculteurs pour l'économie rurale.

L'intégration des agriculteurs dans les chaînes de valeur est entravée par des normes de qualité et de sécurité exigeantes, a dit Iris Krebber, Chef de l'équipe chargée de l'agriculture et des terres au sein du Département du développement international du Royaume-Uni. 

Rappelant l'expérience de l'Asie en matière de développement rural depuis les années 1970, Takashi Yamano, économiste principal à la Banque asiatique de développement, a souligné l'importance de la politique publique et de la croissance de la productivité dans l'agriculture. Son appel à l'adoption de politiques publiques qui favorisent le bon fonctionnement des marchés a été repris par Madhur Gautam, économiste principal à la Banque Mondiale. M. Gautam a dit qu'il était possible de promouvoir la croissance de la productivité dans l'agriculture si la politique publique était conçue de manière à promouvoir l'adoption de nouvelles technologies et s'il était remédié aux dysfonctionnements du marché — une tâche rendue plus urgente par la nécessité de s'adapter au changement climatique.

Magor Mbaye, de la Mission permanente du Sénégal auprès de l'OMC, a expliqué que le Sénégal cherchait à valoriser son économie agricole et rurale par le biais du Plan Sénégal émergent.

Le rôle essentiel des femmes dans l'économie rurale a été souligné par la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement. Cette dernière a souligné en particulier le rôle des co-produits du coton dans la promotion du développement rural et du secteur agroalimentaire en Afrique orientale et australe.

L'autonomisation économique des femmes est au cœur du programme du Cadre intégré renforcé (CIR), a dit Annette Ssemuwemba, Directrice exécutive adjointe du CIR, qui a présenté plusieurs succès obtenus grâce au programme dans le domaine du développement rural.

L'importance du tourisme dans la stimulation des revenus ruraux non agricoles a également été soulignée, ainsi que les travaux actuellement menés à l'OMC pour réformer la politique commerciale agricole.

Partager

Partager


  

Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.