LA COVID-19 ET LE COMMERCE MONDIAL

Pour en savoir plus

  

Cette note explique en quoi la mobilité transfrontières des personnes joue un rôle important à la fois dans la fourniture et la consommation transfrontières de services et dans les chaînes de valeur du secteur manufacturier.  

Le document indique que les restrictions considérables en matière de voyages introduites au début de la pandémie ont donné lieu à des politiques plus affinées visant à autoriser les travailleurs étrangers “essentiels” ou à créer entre partenaires des “bulles de voyage” exemptes de quarantaine. Néanmoins, les obstacles à la mobilité ont eu une incidence particulièrement lourde sur le tourisme et les services d’éducation, ainsi que sur le commerce des marchandises, en raison de leur incidence sur les services de transport et sur les coûts d’information et de transaction.

Le document indique que la coopération internationale peut jouer un rôle important dans les efforts pour réduire autant que possible l’impact économique des restrictions à la mobilité. Par exemple, l’échange de renseignements sur les enseignements tirés des restrictions à la mobilité et du commerce pourrait aider les Membres de l’OMC à renforcer leur résilience face aux crises futures. Cela pourrait aider à identifier des options concernant les mesures relatives aux voyages à mettre en œuvre pour répondre aux objectifs de protection de la santé publique tout en réduisant le plus possible les effets négatifs sur le commerce.

Le rapport est disponible ici.

Faits essentiels

  • Le commerce international et l’investissement ont toujours été tributaires de la mobilité transfrontières des personnes.
  • Pour contenir la propagation de la COVID-19, de nombreux Membres de l’OMC ont fermé temporairement leurs frontières et imposé des restrictions en matière de voyages. Les restrictions considérables imposées aux mouvements transfrontières sont motivées non pas par des considérations commerciales mais par des raisons de santé publique. Néanmoins, elles ont eu une incidence notable sur le commerce. Dans plusieurs Membres, les restrictions initiales considérables en matière de voyages ont été remplacées par des politiques plus affinées visant à autoriser le mouvement des travailleurs étrangers “essentiels” ou à créer des “bulles de voyage” permettant une mobilité sans quarantaine entre partenaires.
  • Une part importante du commerce des services nécessite une proximité physique entre les fournisseurs et les consommateurs. La mobilité internationale requise pour consommer ou fournir des services à l’étranger est un moyen d’obtenir cette proximité. La mobilité est également importante pour les activités des fournisseurs de services qui établissent une présence commerciale dans d’autres pays, ainsi que pour ceux qui fournissent habituellement des services à distance au-delà des frontières internationales.
  • Les mesures à la frontière et les restrictions en matière de voyages ont eu une incidence particulièrement lourde sur des secteurs tels que le tourisme et les services d’éducation. La COVID-19 a engendré une crise sans précédent pour le secteur du tourisme. En termes de voyageurs et de recettes, le tourisme international devrait enregistrer en 2020 ses pires résultats depuis 1950. Dans l’enseignement supérieur, certains établissements pourraient enregistrer une baisse du nombre d’étudiants internationaux inscrits de 50 à 75%.
  • Les obstacles à la mobilité affectent aussi considérablement le commerce des marchandises, en raison de leur incidence sur les services de transport et sur les coûts d'information et de transaction.
  • Il est peu probable que le redémarrage de la mobilité internationale se fasse de manière linéaire. Compte tenu des retombées transfrontières des mesures affectant la mobilité transnationale, il peut être justifié de compléter l’action nationale par des efforts de coopération internationale. Les Membres de l’OMC voudront peut-être envisager de renforcer leur état de préparation et leur résilience face aux crises futures, par exemple en commençant par échanger des renseignements sur les enseignements tirés des restrictions à la mobilité et du commerce. Cela pourrait aider à identifier les mesures relatives aux voyages à mettre en œuvre pour répondre aux objectifs de protection de la santé publique tout en produisant le moins possible d'effets de distorsion des échanges.

Partager

Partager


  

Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.