DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT ALAN WM. WOLFF

Pour en savoir plus

  

Le texte complet de ses remarques est reproduit ci-après:

Merci, Votre Altesse Royale, et merci à l'Arabie saoudite pour son leadership.

Trois défis immédiats se posent dans le domaine du commerce: utiliser le commerce pour contribuer à assurer la reprise économique, faciliter le commerce des produits médicaux essentiels pour traiter la pandémie et réformer le cadre institutionnel du commerce mondial.

Premièrement, le financement du commerce pour les pays en développement doit être rétabli. La somme nécessaire est très importante et représente des milliers de milliards de dollars. Cette mesure a été demandée par les entreprises et par toutes les grandes banques internationales de développement ainsi que par l'OMC. Il ne s'agit pas seulement d'une question de développement. Si les récoltes sont paralysées et que les usines sont mises à l'arrêt dans l'ensemble du monde en développement, la reprise mondiale sera retardée pour tous. Une étroite coopération entre les institutions financières internationales, l'OMC et les grandes banques commerciales sera nécessaire. Une initiative de financement du commerce devrait être considérée comme un élément essentiel pour améliorer les perspectives de reprise économique.

Deuxièmement, il est temps que les Membres de l'OMC se réunissent pour convenir et procéder à la mise en œuvre de mesures visant à accélérer l'approvisionnement mondial en produits médicaux essentiels là où ils sont nécessaires.

  • Le commerce mondial des produits pharmaceutiques devrait être en franchise de droits en vertu d'un accord sur les produits pharmaceutiques mis à jour.
  • L'équipement médical devrait aussi être en franchise de droits dans le cadre d'une mise à jour immédiate de l'Accord sur les technologies de l'information.
  • Au fur et à mesure que de nouveaux vaccins, traitements et diagnostics commencent à être déployés, les obstacles aux frontières doivent être réduits, au moyen d'une entente internationale limitant le recours aux restrictions à l'exportation, assurant une transparence beaucoup plus grande et accélérant les améliorations dans les efforts de facilitation des échanges, en particulier pour les pays les plus pauvres.

Troisièmement, et dernièrement, l'identification de domaines d'intérêt commun réalisée dans le cadre de l'Initiative de Riyad sur l'avenir de l'OMC devrait entraîner un engagement sérieux et immédiat de la part des Membres de l'OMC en faveur d'un effort majeur de réforme institutionnelle. Cela supposerait le rétablissement des fonctions de délibération et de négociation de l'OMC, l'établissement d'un mécanisme contraignant de règlement des différends considéré comme légitime par tous et la mise en place d'un Secrétariat fort et proactif. La douzième Conférence ministérielle de l'OMC qui se tiendra l'année prochaine sera un jalon important pour ces travaux. En participant activement aux efforts de réforme, les membres du G‑20 peuvent apporter une contribution inestimable à la réalisation de la vision qu'avaient les fondateurs du système commercial multilatéral il y a sept décennies et de l'OMC il y a un quart de siècle.

Merci

Partager

Partager


Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.