L’OMC ET LES AUTRES ORGANISATIONS

Pour en savoir plus

  

Cette activité, qui a réuni des ministres de l’agriculture et de hauts fonctionnaires du monde entier, a été organisée pour lancer le rapport de la FAO intitulé "La situation des marchés des produits agricoles 2020". Cette édition du rapport examine en quoi le bon fonctionnement des marchés agricoles peut contribuer à la réalisation des Objectifs de développement durable de l'ONU consistant à éliminer la faim et la malnutrition d’ici à 2030 tout en augmentant les revenus des petits exploitants et en rendant les systèmes de production alimentaire plus durables.

Dans son discours en ligne, le DGA Wolff a souligné le rôle du commerce en tant que mécanisme de transmission permettant de déplacer les produits alimentaires depuis les endroits où il y en a beaucoup vers ceux où il y en a peu, ainsi que l’importance de la politique commerciale — et du cadre de règles de l’OMC — comme moyen de créer des conditions de marché prévisibles et concurrentielles pour les agriculteurs.

Le DGA Wolff a salué le fait que le rapport appelle l’attention sur l’importance des marchés et du commerce pour l’agriculture et la sécurité alimentaire. Citant des données selon lesquelles, à l'échelle mondiale, le commerce international des produits alimentaires permettait déjà à une personne sur six de se nourrir, il a dit que l’importance de ce commerce augmenterait encore dans les années à venir, étant donné que la crise climatique perturbait la production agricole et la disponibilité de l’eau.

Le commerce mondial des produits agricoles a doublé en termes réels depuis 1995, année où les règles de l’OMC en matière d’agriculture sont entrées en vigueur. Toutefois, de nombreuses régions et de nombreux producteurs ne sont actuellement pas en mesure de tirer parti du commerce international. Le DGA Wolff a indiqué que la comparaison des cartes de la faim dans le monde et du commerce mondial des produits agricoles donnait à penser que les régions qui ne disposaient pas de marchés opérationnels et dont le commerce national, régional et international était limité étaient précisément celles où les niveaux de faim et de pauvreté étaient parmi les plus élevés. Des “infrastructures commerciales déficientes” entraînent des coûts de transaction élevés et empêchent les agriculteurs des pays en développement, en particulier les petits exploitants, de tirer pleinement parti du commerce international.

Le DGA Wolff a défini un programme à plusieurs volets pour maximiser la contribution du commerce à la sécurité alimentaire au cours de la prochaine décennie. Le maintien d'une grande ouverture des marchés permettrait aux chaînes de valeur mondiales de continuer à fonctionner et contribuerait à prévenir les hausses de prix. M. Wolff a félicité les gouvernements d’avoir commencé à réduire les restrictions à l’exportation de produits agricoles que certains avaient introduites au début de la pandémie de COVID-19.

Les négociations commerciales menées à l’OMC revêtent une importance considérable pour l’avenir de l’agriculture mondiale. “Si la réforme de la politique commerciale agricole engagée à l’OMC peut sembler difficile, et parfois désespérément lente, il est essentiel de progresser sur cette voie”, a-t-il dit. “Un engagement plus profond sur la base de propositions sérieuses est nécessaire pour entamer le processus de recherche de solutions auxquelles tous participent.”

Le DGA Wolff a également fait valoir que pour être efficaces, la production et le commerce des produits agricoles devaient reposer sur un commerce ouvert dans d’autres secteurs, depuis les produits industriels comme les engrais jusqu’aux services tels que la logistique, l’assurance et les prévisions météorologiques. Il serait utile de compléter ces efforts par l’Aide pour le commerce afin de surmonter les contraintes du côté de l’offre en matière d’infrastructures et de respect des normes, a-t-il ajouté.

Enfin, M. Wolff a souligné une chose importante aux yeux du Directeur général de la FAO, M. Qu Dongyu, à savoir le droit des agriculteurs de tirer pleinement parti de l’économie numérique mondiale. Il a dit ceci: “Les discussions en cours à l’OMC sur le commerce électronique sont d'une importance vitale pour tous les acteurs du secteur agricole.”

Le discours complet du DGA Wolff est disponible ici.

 

Partager

Partager


  

Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.