FINANCEMENT DU COMMERCE

Pour en savoir plus

  

L'appel conjoint à l'action, qui souligne l'importance du commerce transfrontières pour stimuler la reprise économique après le ralentissement causé par la pandémie de COVID-19 trouve son origine dans une réunion avec le secteur privé qui s'est tenue dans le cadre des Dialogues sur le commerce de l'OMC en mai, au cours de laquelle les préoccupations concernant le financement du commerce ont occupé une place prépondérante.

Le financement du commerce est un élément essentiel pour relancer la croissance mondiale des importations et des exportations, réaffirme la déclaration. Étant donné que le besoin de financement du commerce est estimé entre 2 000 et 5 000 milliards d'USD, il sera difficile de répondre à cette demande et de combler le déficit. D'aucuns s'inquiètent vivement que l’écart croissant entre la demande et l’offre n’affecte particulièrement les micro, petites et moyennes entreprises (MPME) et les entreprises des pays en développement, ce qui aura d’importantes répercussions sur l’emploi et les revenus.  

L’appel à l’action se félicitait de la récente promesse conjointe des dirigeants de l’OMC et de six banques multilatérales de développement de surveiller et de combler les lacunes en matière de financement du commerce, en particulier pour les pays en développement et les petites entreprises.

L’OMC, l'ICC et le B20 Arabie saoudite se sont également félicités des mesures prises pour stabiliser les marchés du financement du commerce. Ils ont instamment invité les secteurs privé et public à œuvrer ensemble pour assurer une transition rapide vers un commerce sans papier, y compris les documents électroniques dans le traitement des transactions de financement du commerce. En outre, la déclaration appelait à un échange de vues sur la manière dont les autorités réglementaires pouvaient aider à alléger les contraintes pesant sur la fourniture de financement du commerce. Elle proposait également un partage accru des risques pour soutenir le financement du commerce et l'extension des programmes des banques de développement afin d’atténuer les risques.

Le Directeur général de l’OMC, Roberto Azevêdo, a dit ce qui suit:

“Si nous ne remédions pas au déficit de financement du commerce, nous compromettrons sérieusement les efforts en cours pour donner au commerce l’impulsion dont il a besoin pour contribuer à la reprise économique mondiale. Je me félicite vivement de la volonté du secteur privé de travailler de concert avec le secteur public pour combler les lacunes. Cette initiative complète l’initiative récente de l’OMC, en collaboration avec les banques multilatérales de développement, visant à souligner l’importance qu'il y a à soutenir le financement du commerce dans le contexte des crises sanitaires et économiques en cours.”

La déclaration conjointe souligne que des interventions opportunes sont essentielles pour faire en sorte que les MPME, en particulier, continuent d’avoir accès au financement du commerce pour faire face à la crise actuelle. Cette déclaration est disponible ici.

Partager

Partager


  

Des problèmes pour visualiser cette page ?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.