COTON

Pour en savoir plus

  

L'édition de cette année est la première depuis que l'Assemblée générale des Nations Unies a décidé (dans sa résolution A/RES/75/318), le 30 août, de reconnaître officiellement le 7 octobre comme Journée mondiale du coton, comme l'avaient proposé le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, le Mali et le Tchad. La résolution des Nations Unies reconnaît les répercussions économiques et sociales du coton dans le monde.

La Directrice générale, Mme Okonjo-Iweala, a souligné l'incidence considérable de la résolution des Nations Unies. “Tout d'abord, la reconnaissance officielle par les Nations Unies d'une journée internationale pour le coton est une reconnaissance de toutes les femmes et de tous les hommes qui vivent de la production, du traitement, de la transformation et de la commercialisation du coton”, a-t-elle dit.

La Directrice générale a en outre souligné la relation entre le secteur du coton et le développement durable. “Aujourd'hui, le secteur est confronté à de nouveaux défis tels que la pandémie de COVID-19, l'incidence du changement climatique et l'évolution des préférences des consommateurs. Dans ce contexte, le secteur du coton a un rôle crucial à jouer en contribuant concrètement à la réalisation des Objectifs de développement durable”, a-t-elle noté.

L'OMC accueille une exposition sur le coton dans son siège, à Genève, du 6 au 8 octobre, avec des contributions de son Secrétariat, de ses Membres et des organisations partenaires.

De plus amples renseignements se trouvent sur la page Web de l'OMC consacrée à la Journée mondiale du coton: OMC | La célébration de la Journée mondiale du coton est l'occasion de reconnaître l'importance du coton au niveau mondial

Webinaire OMC-ITC

À la veille de la Journée mondiale du coton, l'OMC et le Centre du commerce international (ITC) ont organisé un webinaire sur le thème: “Comment développer une chaîne de valeur durable du coton au vêtement en Afrique”.

Dans ses remarques liminaires, le Directeur général adjoint Jean-Marie Paugam a évoqué les travaux de longue date de l'OMC sur le coton. Depuis le lancement de l'initiative en faveur du coton en 2003, l'Organisation avait simplifié et renforcé ses travaux visant à améliorer le commerce et les marchés du coton tout en apportant aux pays en développement une aide au développement dont ils avaient grand besoin, a-t-il noté.

La Journée mondiale du coton nous rappelle que “l'on peut faire bien davantage, en particulier pour les agriculteurs et les autres acteurs de la filière du coton en Afrique”, a fait remarquer M. Paugam. Il a souligné le lien entre le secteur du coton et la situation générale des économies africaines, soulignant que le secteur du coton avait produit des retombées bénéfiques pour d'autres secteurs, ce qui était particulièrement crucial pour atteindre les Objectifs de développement durable à l'horizon 2030. Les remarques de M. Paugam se trouvent dans leur intégralité ici.

Harouna Kaboré, Ministre du commerce, de l'industrie et de l'artisanat du Burkina Faso, a souligné les besoins d'aide au développement des membres du groupe “Coton-4” (Bénin, Burkina Faso, Mali et Tchad) et a souligné que ces derniers souhaitaient poursuivre la coopération internationale pour mettre en œuvre d'importants programmes de développement tels que la “Route du Coton” (la feuille de route pour le coton, qui vise à assurer l'intégration régionale de la filière cotonnière de ces pays et à remédier aux lacunes qui existent en matière d'infrastructure et de capacités humaines). Il a mis en relief les possibilités offertes par la Zone de libre-échange continentale africaine pour ce qui est de développer les marchés du coton africain et de ses coproduits, dans le but de promouvoir la transformation locale et d'ajouter de la valeur au coton. Il a en outre lancé un appel en faveur de la poursuite de l'assistance technique pour les membres du groupe “Coton-4”, en particulier en ce qui concerne le transfert de technologie.

Dorothy Tembo, Directrice exécutive adjointe de l'ITC, a souligné les résultats positifs de l'assistance technique fournie par l'ITC en Afrique, notamment la création d'emplois et la génération de revenus pour les cultivateurs de coton et les petites et moyennes entreprises d'Afrique grâce à l'initiative sur les coproduits du coton lancée en 2018 par l'OMC, l'ITC et la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement.  Elle a appelé à tirer parti des avantages environnementaux du coton et de son potentiel économique inexploité.

D'autres intervenants d'organisations internationales, de gouvernements et du secteur privé ont examiné le potentiel commercial du coton et les possibilités commerciales résultant de la poursuite de l'intégration régionale, en particulier dans le cadre de l'Accord portant création de la zone de libre-échange continentale africaine.

Un appel vigoureux a été lancé en vue d'aligner les politiques commerciales et de créer des synergies dans les projets futurs visant à renforcer la chaîne de valeur du coton dans la région et à accroître l'ajout local de valeur.  De nombreux intervenants ont souligné l'importance du développement durable du secteur du coton. Les participants ont également discuté de l'investissement durable visant à réduire l'empreinte carbone du coton, le renforcement des capacités des producteurs artisanaux et le potentiel de marché des produits verts.   

Partager

Partager


  

Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.