COVID-19 ET COMMERCE MONDIAL

Pour en savoir plus

  

Septième réunion de l’Équipe spéciale multilatérale
17 décembre 2021
“Parvenir à administrer les vaccins”
Projet de déclaration conjointe

Les dirigeants du Fonds monétaire international, du Groupe de la Banque mondiale, de l’Organisation mondiale de la santé et de l’Organisation mondiale du commerce ont tenu des consultations de haut niveau avec Gavi et l’UNICEF, en vue d’améliorer l’accès aux vaccins contre la COVID-19 et aux autres contre-mesures médicales essentielles dans les pays à faible revenu et les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, ainsi que d'aider ces pays à se préparer, à se doter des ressources nécessaires et à organiser les campagnes de vaccination.

Nous sommes convenus qu'il est urgent d'accélérer la vaccination dans les pays à faible revenu, où moins de 5% de la population est entièrement vaccinée, ainsi que dans les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, où ce pourcentage atteint environ 30%. Nous sommes convenus de travailler avec les pays concernés pour soutenir et renforcer leurs objectifs nationaux en matière de vaccination, conformément à l'objectif mondial qui consiste à vacciner 70% des habitants de tous les pays d'ici au milieu de l'année 2022. L'émergence du variant Omicron souligne la nécessité vitale d'un accès équitable et large à la vaccination, au dépistage, au séquençage et aux traitements, pour mettre fin à la pandémie.

Dans le but de lutter contre l'inégalité vaccinale, en particulier dans les pays à faible revenu, il faut mettre davantage de vaccins à disposition du COVAX et de l'AVAT, encourager les pays à faible revenu et les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure à se procurer des doses supplémentaires, et apporter un appui en vue du déploiement. En outre, pour favoriser les flux commerciaux afin de soutenir la fabrication et la distribution de vaccins et d'autres outils de lutte contre la COVID, il faut lever les restrictions à l'exportation et mettre en place des mesures de facilitation. Le financement intégral du dispositif Accélérateur ACT-A jouerait un rôle important pour combler les écarts et atteindre l'objectif mondial.

Certains pays à faible revenu et pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure se heurtent à de graves difficultés pour administrer les vaccins. Les contraintes relatives à l'entreposage, au respect de la chaîne du froid et à la formation des vaccinateurs sont exacerbées dans certains cas par la courte durée de conservation des doses livrées, le manque de temps pour la mise en place et les pénuries de fournitures auxiliaires (seringues, boîtes à aiguilles, diluants, etc.), ainsi que les difficultés à planifier et financer des campagnes de vaccination en temps voulu. En outre, comme dans les pays plus riches, certaines personnes hésitent à se faire vacciner.

Pour surmonter ces difficultés, nous appelons les gouvernements qui ont déjà atteint un niveau élevé de couverture vaccinale à:

  • honorer leurs engagements en matière de dons le plus rapidement possible afin d'accélérer l'approvisionnement à court terme du COVAX;
  • libérer les fabricants des obligations contractuelles et réservations, et céder des créneaux de livraison, afin que la priorité puisse être donnée au COVAX, à l'AVAT et aux pays où la couverture vaccinale est faible.

Nous demandons instamment aux gouvernements qui n'ont pas encore atteint un niveau élevé de couverture vaccinale de:

  • passer immédiatement des contrats d'approvisionnement par l'intermédiaire de l'AVAT, du COVAX ou au niveau bilatéral;
  • prévoir des moyens supplémentaires pour augmenter le taux d'utilisation des vaccins à mesure de l'augmentation de l'approvisionnement; et
  • assurer la coordination entre les autorités chargées de la santé et des finances pour utiliser davantage les ressources mises à disposition par les banques multilatérales de développement à la fois pour l'achat et l'administration des vaccins.

Nous appelons à une meilleure coordination entre les fabricants, les pays donateurs, le COVAX, l'AVAT et les autres partenaires, pour améliorer la visibilité et la qualité de l'approvisionnement dans les pays à faible revenu et les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, afin de soutenir la planification et la préparation au niveau national pour faire en sorte que les doses de vaccins puissent être administrées. La visibilité concernant l'acheminement, les délais et la durée de conservation des doses est essentielle à la fois pour permettre une distribution équitable et pour que les pays bénéficiaires et leurs partenaires puissent préparer le déploiement sur place. 

De plus en plus de doses de vaccins contre la COVID-19 devraient arriver dans les pays à faible revenu et les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure au cours des prochains mois. Une coordination étroite entre toutes les parties prenantes sera cruciale pour fournir aux pays bénéficiaires l'assistance et les ressources nécessaires afin d'accroître leur capacité de vaccination. À cet égard, nous nous félicitons de la récente nomination par l'UNICEF et l'OMS, en partenariat avec Gavi, du Coordinateur principal mondial pour la préparation et la fourniture du vaccin COVID dans les pays, qui jouera un rôle clé pour renforcer le déploiement des vaccins.

Partager

Partager


  

Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaste[email protected] en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.