DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT XIANGCHEN ZHANG

Pour en savoir plus

  

Excellences, M. le Ministre du Secrétariat d'État Pratikno, Mesdames et Messieurs les professeurs émérites, représentants de diverses organisations et invités, Mesdames et Messieurs, bonjour,

C'est un grand plaisir pour moi de vous accueillir tous et de faire cette déclaration liminaire lors de cet atelier sur les politiques intitulé “Commerce, économie circulaire et durabilité” proposé par le Centre d'études sur le commerce mondial de l'Universitas Gadjah Mada.

Tout d'abord, en tant que DGA chargé du Programme de chaires de l'OMC, qui est le dispositif d'assistance technique et de coopération avec les milieux universitaires de l'OMC, permettez-moi de saisir l'occasion pour remercier sincèrement le Professeur Riza Noer Arfani, notre titulaire indonésien du Programme de chaires de l'OMC et son équipe pour les importants travaux qu'ils ont réalisés sur le concept d'économie circulaire et le développement durable. J'aimerais aussi remercier M. l'Ambassadeur Van Daalen, de la Mission permanente des Pays-Bas à Genève, pour le soutien que le gouvernement néerlandais accorde à cette initiative importante.

Le Programme de chaires de l'OMC vise à soutenir et à promouvoir les activités universitaires liées au commerce que mènent les universités et établissements de recherche des pays en développement et des pays les moins avancés (PMA).

Lancé en 2009, ce programme a été attribué à 14 établissements pour une période de quatre ans. Au cours de la deuxième phase, sept autres établissements ont rejoint le Programme en mai 2014. De nombreuses demandes ont été reçues pour la troisième phase et le processus de sélection est très avancé.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Cette conférence internationale me donne l'occasion de rappeler certains points importants.

Le Programme de chaires de l'OMC a contribué à la réalisation du mandat de l'OMC en matière d'assistance technique, qui consiste à “renforcer les ressources humaines et institutionnelles des bénéficiaires afin de leur permettre de tirer pleinement parti du système commercial multilatéral fondé sur des règles, de s'acquitter de leurs obligations et de faire valoir leurs droits en tant que Membres et de faire face aux nouveaux défis commerciaux qui se profilent. Comme l'a démontré l'évaluation approfondie du programme effectuée par SANAA, un évaluateur externe indépendant, le Programme de chaires de l'OMC a fourni un soutien pertinent pour générer des connaissances et développer des compétences en matière de commerce international et de développement. Étant moi-même associé aux milieux universitaires, j'estime que la recherche appliquée est très utile pour aider les responsables politiques à élaborer leurs politiques commerciales.

Au cours des dernières années, les Chaires ont produit un nombre important de résultats pertinents dans le domaine de la recherche, ont conçu des programmes d'étude et, à de nombreuses reprises, ont pu entrer en contact avec les décideurs et autres parties prenantes extérieures au sujet de l'élaboration ou de la mise en œuvre de la politique commerciale. Le Programme de chaires de l'OMC, qui peut compter sur les membres de renommée internationale du Conseil consultatif, est un élément central pour permettre aux Chaires d'atteindre plus efficacement leurs objectifs de coopération.

La pandémie de COVID-19 a créé des défis sans précédent mais elle nous a aussi offert une occasion unique de repenser les modèles économiques actuels, d'élaborer des actions coordonnées et de mettre au point des stratégies pour bâtir une reprise économique plus résiliente et plus verte générant peu d'émissions de carbone. De ce point de vue, l'approche de l'économie circulaire ouvre la voie à une reprise verte et au développement durable réduisant la production de déchets et l'épuisement des ressources naturelles qui se font de plus en plus rares. Elle traite non seulement les effets négatifs du modèle économique “linéaire” traditionnel qui exploite les ressources, les transforme en produits et se débarrasse des déchets, elle envisage surtout un changement de paradigme fondé sur une conception régénératrice de l'économie selon laquelle les ressources sont réutilisées, transformées en de nouveaux produits et recyclées. Cela crée une résilience économique, des possibilités commerciales et apporte des avantages pour l'environnement, le développement et la société.

Comme en témoignent les études réalisées par de nombreux scientifiques, l'économie circulaire crée de nouvelles possibilités en économisant les ressources, en améliorant les résultats en termes de santé humaine et d'environnement durable, mais en permettant aussi la diversification commerciale et économique dans les pays en développement. Les Membres ont commencé à mettre en place des politiques et des mesures économiques favorisant l'économie circulaire et ils s'efforcent largement de le faire sans créer d'obstacles ayant une incidence sur le commerce. Il devient donc de plus en plus important de faire en sorte que les politiques commerciales soient conçues et mises en œuvre en gardant à l'esprit les objectifs d'une économie circulaire. Si cela n'est pas fait, nous manquerons l'occasion qui nous est offerte, compte tenu du rôle unique que le commerce peut jouer pour promouvoir les solutions fondées sur l'économie circulaire et le développement durable à l'échelle mondiale.

À l'OMC, les Membres ont abordé les questions liées à l'économie circulaire au moyen du dialogue politique tel que celui qui est organisé sous les auspices du Programme de chaires, mais aussi au moyen des négociations menées dans le cadre du Comité du commerce et de l'environnement. L'initiative Aide pour le commerce a également contribué de manière significative à l'inclusion de ces questions dans les efforts déployés dans les pays en développement pour tirer parti des avantages environnementaux, économiques et sociaux qu'une économie circulaire peut apporter au moyen de l'intensification des échanges commerciaux.

À titre d'exemple, les Membres de l'OMC ont participé récemment à un dialogue informel sur la pollution par les plastiques et le commerce des plastiques écologiquement durable qui s'est tenu en juin dernier pour discuter de la façon dont l'Organisation peut contribuer à renforcer la cohérence des politiques et à étudier des approches collectives entre les différents Membres. L'assistance technique et le renforcement des capacités contribuent effectivement de manière importante au soutien des efforts faits à l'échelle mondiale pour réduire les déchets plastiques et évoluer vers une économie circulaire pour les plastiques. Nous espérons que des résultats supplémentaires seront bientôt obtenus, en particulier en préparation de la 12ème Conférence ministérielle de l'OMC.

Permettez-moi de conclure en disant que les mesures commerciales visant à soutenir une économie circulaire doivent aller de pair avec une action plus large visant à réduire les risques pour la santé humaine alors que la pandémie persiste. Il est tout aussi important d'améliorer notre compréhension collective de la manière dont les flux commerciaux, les politiques et les réglementations dans ce domaine interagissent avec les nouvelles approches de l'économie circulaire; nous devons renforcer la confiance afin d'entreprendre des activités mutuellement bénéfiques dans des secteurs clés de l'économie circulaire. Je me félicite de la tenue de cet atelier de politique internationale qui examine de façon très concrète les nouvelles frontières des questions relatives à l'économie circulaire dans des domaines tels que l'agro-industrie, l'électronique, l'investissement, les politiques industrielles, le rôle des PME et les liens avec le changement climatique. De toutes ces manières, les projets de recherche soutiennent les efforts faits dans les pays en développement pour tirer parti des avantages environnementaux, économiques et sociaux qu'une économie circulaire peut apporter au moyen de l'intensification des échanges commerciaux.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Je me réjouis à la perspective d'entendre vos réflexions sur toutes ces questions et sur les stratégies possibles pour l'avenir qui, idéalement, pourraient être publiées en tant que résultat de cette initiative importante et afin de bâtir une économie de l'après-pandémie qui est plus verte et ne laisse personne de côté. Le commerce est un des moteurs de l'inclusion et traiter le commerce en tant que moyen de promouvoir l'économie circulaire constitue également une opportunité stratégique. Merci pour votre attention. Je vous souhaite à tous, ainsi qu'à cet atelier, beaucoup de succès et j'espère que ce sera l'occasion de poursuivre vos travaux fructueux.

Partager

Partager


  

Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.