COMMERCE ET ENVIRONNEMENT

Pour en savoir plus

  

“Deux décennies, c'est trop long pour mettre fin aux subventions qui financent la surexploitation incessante de nos océans. Les gouvernements doivent conclure dès maintenant un accord sur les subventions à la pêche dans le cadre de l'OMC”, a déclaré la DG Okonjo-Iweala. “Les Membres ont fait de réels progrès, mais on est encore loin du compte. Le mois prochain, les Ministres du commerce du monde entier se réuniront virtuellement pour examiner ces négociations. Nous devons saisir cette occasion pour réduire les écarts qui subsistent”, a-t-elle déclaré.

“Les règles de l'OMC sur les subventions à la pêche permettront d'éviter l'effondrement des stocks mondiaux de poissons. Nous avons besoin de ces règles dans l'intérêt de l'environnement, de la sécurité alimentaire et des moyens de subsistance dans le monde entier. Il est temps d'inverser la tendance en faveur de la santé des océans et d'une économie bleue durable au niveau mondial”, a-t-elle ajouté.

Lancées pour la première fois en 2001, les discussions de l'OMC sur les subventions à la pêche ont pris un nouvel élan en 2015 lorsque la communauté internationale a fait de la conclusion d'un accord dans le cadre de l'OMC une cible des Objectifs de développement durable des Nations Unies.  La onzième Conférence ministérielle de l'OMC, qui s'est tenue à Buenos Aires en 2017, a réitéré l'appel en faveur d'un accord sur les subventions à la pêche. Dans le cadre de ces mandats, les Membres s'emploient à parvenir à un accord sur des disciplines visant à éliminer les subventions à la pêche illicite, non déclarée et non réglementée et à prohiber certaines formes de subventions à la pêche qui contribuent à la surcapacité et à la surpêche, le traitement spécial et différencié faisant partie intégrante des négociations.

“Cela demandera des décisions difficiles de la part des 164 Membres, mais c'est faisable. Nous avons maintenant devant nous un texte de négociation complet pour nous aider à réduire les écarts”, a déclaré l'Ambassadeur Wills, Président des négociations, en faisant référence à un nouveau projet de texte qu'il a présenté le mois dernier en vue de la réunion virtuelle des Ministres du 15 juillet.

Il a précisé que le dernier texte proposait des terrains d'entente possibles pour un accord basé sur le travail collectif des Membres. Depuis la distribution du nouveau texte, les Membres ont tenu des réunions quasi continues dans différentes configurations, consacrées à un thème spécifique chaque semaine.

“Les Membres travaillent d'arrache-pied pour que le texte se rapproche le plus possible d'un projet sur lequel les Ministres pourront prendre les dernières décisions politiques. La ligne d'arrivée étant si proche, je suis convaincu que les Membres se montreront à la hauteur de la situation et qu'ensemble, ils feront la différence. L'appel de l'océan est là, nous nous devons d'y répondre”, a déclaré le Président.

Partager

Partager


  

Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.