NÉGOCIATIONS SUR LES SUBVENTIONS À LA PÊCHE

Pour en savoir plus

  

“L'Accord constitue un pas en avant concret dans la course pour préserver nos océans et leurs précieuses ressources vivantes. Toutefois, les avantages de l'Accord ne se feront sentir qu'une fois que les Membres de l'OMC auront mis en œuvre ses dispositions”, a déclaré la Directrice générale adjointe, Angela Ellard, dans ses remarques liminaires, notant que les deux tiers des 164 Membres de l'Organisation devaient accepter formellement l'Accord pour qu'il entre en vigueur.

“Nous souhaitons que cet accord entre en vigueur d'ici la 13ème Conférence ministérielle qui se tiendra en février prochain à Abou Dhabi. Nous devons faire vite dans l'intérêt de la durabilité des océans, question importante pour l'ensemble des Membres de l'OMC. En effet, tous nos Membres dépendent d'une source durable de poisson et d'un écosystème océanique sain, qu'ils aient une longue côte ou qu'ils soient enclavés”, a dit la DGA Ellard. “La bonne nouvelle, c'est que nous avons reçu 10 instruments d'acceptation et que nous avons donc parcouru un tiers du chemin.”

Le Belize et les Seychelles, en plus des huit Membres représentés par les intervenants de l'événement, font partie de ceux qui ont soumis les 10 premiers instruments d'acceptation formelle, mais n'ont pas pu participer à l'événement.

Les intervenants étaient les suivants: Ambassadeur Adamu Mohammed Abdulhamid (Nigéria); Ambassadeur Didier Chambovey (Suisse); Ambassadeur Einar Gunnarsson (Islande), également Président des négociations sur les subventions à la pêche; Ambassadrice Maria Pagan (États-Unis); Ambassadeur Hung Seng Tan (Singapour); Ambassadrice Nadia Theodore (Canada); M. Abdelsalam Mohamed A. Al Ali, Directeur du Bureau des Émirats arabes unis auprès de l'OMC; et M. Hiddo Houben, Directeur adjoint de la Mission permanente de l'Union européenne.

Ils ont expliqué pourquoi il était urgent d'accepter formellement l'Accord, mentionnant la nécessité de prévenir l'épuisement des ressources océaniques, d'assurer l'alimentation et les moyens de subsistance des populations et de défendre le multilatéralisme.

Les intervenants ont également fait part de leur expérience liée à l'achèvement de leurs processus internes visant à assurer l'acceptation formelle de l'Accord. Parmi les facteurs communs identifiés par les intervenants comme facilitant l'achèvement rapide du processus interne, figuraient la participation des autorités basées dans la capitale dès le début des négociations afin d'établir une compréhension commune de l'Accord, la coordination entre les différents ministères, et l'engagement des parties prenantes non gouvernementales pour apporter un soutien supplémentaire à l'Accord.

L'enregistrement vidéo de l'événement est disponible ici. Les Membres trouveront des renseignements sur la manière de déposer leur instrument d'acceptation ici.

Partager

Partager


  

Photos
Photo gallery Voir le diaporama

Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à [email protected] en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.