SUIVI DU COMMERCE

Pour en savoir plus

  

“Le rapport donne lieu à des préoccupations car il montre que la tendance des politiques dans les économies du G-20 évolue dans la mauvaise direction, même si celles-ci prennent également des mesures pour faciliter les échanges. Les restrictions à l'exportation visant les produits alimentaires, les aliments pour animaux et les engrais en particulier continuent de contribuer aux pénuries, à la volatilité des prix et à l'incertitude. Comme les principales économies mondiales, les pays du G-20 devraient démanteler les restrictions commerciales et faire preuve de modération dans l'introduction de nouvelles, afin que les marchés mondiaux restent ouverts et prévisibles, et que les produits puissent être acheminés là où ils sont nécessaires”, a dit la Directrice générale de l'OMC, Ngozi Okonjo-Iweala.

“Au moment où les Membres de l'OMC préparent la 13ème Conférence ministérielle, qui aura lieu à Abou Dhabi en décembre, le G-20 a un rôle central à jouer dans nos efforts pour fournir des résultats qui renforcent l'OMC en tant que rempart contre le protectionnisme et stimulent la croissance et le développement au niveau mondial”, a-t-elle ajouté.

Le rapport est établi dans un contexte persistant de croissance lente du commerce mondial. D'après les dernières prévisions de l'OMC (5 octobre 2023), la croissance du volume du commerce des marchandises est estimée à 0,8% pour 2023 (en baisse par rapport à l'estimation précédente de 1,7%) et à 3,3% pour 2024 (chiffre proche de la prévision précédente, soit 3,2%). Au premier semestre de 2023, le volume du commerce mondial de marchandises a connu une baisse de 0,5% en glissement annuel, car l'inflation élevée et la hausse des taux d'intérêt ont pesé sur le commerce et la production dans les économies avancées, et les tensions sur les marchés de l'immobilier ont empêché l'installation d'une reprise plus forte en Chine après la pandémie.

Le rapport de suivi du commerce indique que, bien que les échanges visés par des mesures de facilitation des importations restent supérieurs à ceux visés par des mesures restrictives pendant la période considérée, cet écart s'est considérablement réduit. Pendant la période considérée, la valeur des échanges visés par les mesures de facilitation des échanges du G-20 a été estimée à 318,8 milliards d'USD (contre 691,9 milliards d'USD dans le dernier rapport, publié en juillet 2023) et celle des échanges visés par des mesures restrictives pour le commerce à 246 milliards d'USD (contre 88 milliards d'USD auparavant).

Pour la première fois depuis 2015, la moyenne mensuelle des nouvelles restrictions commerciales introduites par les économies du G-20 pendant la période considérée, s'élevant à 9,8, a dépassé celle des mesures de facilitation des échanges (8,8). Le nombre de restrictions à l'importation du G-20 en vigueur cumulées de longue date n'indique en rien un démantèlement significatif des mesures existantes. D'ici à mi-octobre 2023, 2 287 milliards d'USD de marchandises échangées (soit 11,8% des importations du G-20) ont été affectés par les restrictions à l'importation mises en œuvre par les économies du G-20 depuis 2009.

Les restrictions à l'exportation sont devenues plus importantes depuis 2020, une série de mesures ayant été introduites d'abord dans le contexte de la COVID-19 et plus récemment dans celui de la guerre en Ukraine et de la crise de la sécurité alimentaire. Si certaines de ces restrictions à l'exportation ont été levées, à la mi-octobre 2023, 75 restrictions à l'exportation visant les produits alimentaires, les aliments pour animaux et les engrais demeuraient en place au niveau mondial.

La mise en œuvre par les économies du G-20 de nouvelles mesures commerciales liées à la COVID-19 a ralenti au cours des cinq derniers mois, le nombre de nouvelles mesures de soutien liées à la COVID-19 ayant fortement chuté. Mi-octobre 2023, au total 82,9% des restrictions commerciales du G-20 liées à la COVID-19 avaient été levées, il en restait 11 en vigueur. La valeur du commerce visé par des restrictions des échanges liées à la pandémie qui étaient toujours en place était estimée à 15,1 milliards d'USD (contre 16,2 milliards d'USD auparavant).

La période à l'examen a été marquée par une nette hausse du nombre de nouvelles mesures générales de soutien économique adoptées par les économies du G-20. Celles-ci comprenaient des programmes de réduction de l'impact sur l'environnement, des programmes de production d'énergies renouvelables, un soutien pour l'efficacité énergétique et la décarbonation ainsi que pour des projets liés aux énergies propres et renouvelables. D'autres mesures ont été prises dans le cadre de divers programmes de soutien en faveur du secteur agricole, du tourisme, de l'aviation et du transport.

Le rapport montre aussi que la succession de crises et le climat économique incertain continuent de peser sur l'investissement international et en particulier sur l'investissement étranger direct (IED). Cette faiblesse persistante de l'IED rend plus difficile la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD). Cette préoccupation est amplifiée par le manque d'investissement en faveur des ODD dans les pays en développement, le déficit de l'investissement nécessaire pour aider les économies en développement à atteindre les ODD. Ce déficit s'est creusé de façon alarmante, étant passé de 2 500 milliards d'USD à environ 4 000 milliards d'USD par an alors que 2030 approche, selon les données de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Les rapports de l'OMC sur le suivi du commerce sont établis par le Secrétariat de l'OMC depuis 2009. Les membres du G-20 sont l'Afrique du Sud, l'Allemagne, l'Argentine, l'Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, les États-Unis, la Fédération de Russie, la France, l'Inde, l'Indonésie, l'Italie, le Japon, le Mexique, la République de Corée, le Royaume d'Arabie saoudite, le Royaume-Uni, la Türkiye et l'Union européenne.

Partager

Partager


  

Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à [email protected] en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.