OMC: COMMUNIQUÉ DE PRESSE 2010

PRESS/598

    

On s'attend à ce que les exportations des économies développées augmentent de 7,5 pour cent en volume sur l'année, tandis que celles du reste du monde (y compris les pays en développement et la Communauté d'États indépendants) devraient croître de 11 pour cent environ à mesure que le monde émergera de la récession.

Cette forte expansion aidera à regagner une partie, mais en aucun cas la totalité, du terrain perdu en 2009, lorsque la crise économique planétaire a déclenché une contraction de 12,2 pour cent du volume des échanges mondiaux — soit la plus forte baisse depuis la Deuxième Guerre mondiale. Les économistes prévoient que si le développement du commerce se poursuivait à son rythme actuel, il faudrait encore une année pour que le volume des échanges dépasse le pic de 2008. Mesurer le commerce en volume permet d'avoir une base plus fiable pour les comparaisons annuelles car les mesures ne sont pas faussées par l'évolution des prix des produits de base ou par les fluctuations des taux de change, ce qui peut être le cas quand les échanges sont mesurés en dollars ou en d'autres monnaies.

Un fait positif en 2009 a été l'absence de tout renforcement notable des obstacles commerciaux de la part des Membres de l'OMC en réponse à la crise. En fait, le nombre des mesures restrictives pour les échanges appliquées par les gouvernements a baissé ces derniers mois. Cependant, l'économie mondiale reste sensiblement déprimée, et il est probable que le chômage restera élevé jusqu'à la fin de 2010 dans beaucoup de pays. La persistance du chômage risque d'accroître les pressions protectionnistes.
“En cette période difficile, le système commercial multilatéral a une fois de plus apporté la preuve de son utilité. Les règles et les principes de l'OMC ont aidé les gouvernements à maintenir les marchés ouverts, et elles constituent aujourd'hui une plate forme à partir de laquelle le commerce peut se développer alors que l'économie mondiale se redresse. Nous voyons la lumière au bout du tunnel et le commerce promet de jouer un rôle important dans la reprise. Mais nous devons éviter de faire dérailler toute reprise économique en ayant recours à des mesures protectionnistes”, a dit le Directeur général de l'OMC, M. Pascal Lamy.
  

Pourquoi le recul des échanges a t il été aussi marqué?

La contraction de 12 pour cent du volume des échanges mondiaux en 2009 a été plus importante que ce que la plupart des économistes avait anticipé. Elle a également été supérieure à la baisse de 10 pour cent prévue antérieurement par l'OMC. Le volume du commerce mondial avait déjà fléchi en trois occasions après 1965 (—0,2 pour cent en 2001, —2 pour cent en 1982, et —7 pour cent en 1975), mais à aucun moment le phénomène n'avait approché par son ampleur le ralentissement économique de l'année écoulée (graphique 1). En dollars EU courants, la baisse a été encore plus prononcée (—23 pour cent) qu'en termes de volume, en raison notamment de la chute des cours du pétrole et d'autres produits primaires.

Les économistes ont avancé plusieurs raisons pour expliquer un tel recul des échanges, y compris l'application de certaines mesures protectionnistes. Mais on s'est finalement accordé à penser que la cause première était la forte contraction de la demande mondiale. Le mouvement a été amplifié par la composition par produit de la demande, par l'existence de chaînes d'approvisionnement mondiales et par le fait que la contraction des échanges est intervenue en même temps dans les différents pays et régions (1)aux États Unis. Ce qui a débuté dans le secteur financier des États Unis s'est rapidement propagé t étendues à l'économie réelle, avec des répercussions au niveau mondial. La faible disponibilité des crédits commerciaux a aussi joué un rôle.

Graphique 1: Volume des exportations mondiales de marchandises, 1965-2009
(Variation annuelle en %))

Source: Secrétariat de l'OMC.

La nette diminution de la richesse provoquée par la récession a amené les ménages et les entreprises à réduire leurs dépenses, pour tous les types de produits, en particulier les biens de consommation durables (par exemple, les automobiles) et les biens d'équipement tels que les machines industrielles (tableau 1). Les achats de ces produits pouvaient aisément être reportés devant une conjoncture économique plus incertaine, et ils ont peut être aussi été plus sensibles que d'autres aux conditions du crédit.

Quelles qu'en soient les raisons, la réduction de la demande de ces produits s'est répercutée sur les marchés qui fournissent les intrants utilisés dans leur production — notamment le fer et l'acier. La baisse de la demande de fer et d'acier s'explique aussi par le marasme de la construction et du bâtiment dans les pays où les marchés immobiliers étaient florissants avant la crise (États Unis, Royaume Uni, Irlande et Espagne, par exemple).

Le fait que certains produits représentent une part du commerce mondial disproportionnée par rapport à leur part dans la production globale peut avoir accentué la baisse du ratio des flux commerciaux mondiaux à la production globale (PIB ou produit intérieur brut). Par exemple, les biens de consommation durables et les biens d'équipement constituent une part relativement faible de la production mondiale mais une part relativement importante des échanges mondiaux. Par conséquent, un recul de la demande de ces produits aurait eu une incidence plus forte sur le commerce que sur le PIB.

Tableau 1: Croissance trimestrielle du commerce mondial des produits manufacturés par produit
(Variation en pourcentage en glissement annuel en dollars EU courants)

 

T1 2008

T2 2008

T3 2008

T4 2008

T1 2009

T2 2009

T3 2009

 

 

 

 

 

 

 

 

Produits manufacturés

15,7

18,6

13,2

-10,4

-27,6

-29,8

-21,5

Fer et acier

14,6

27,0

42,7

5,4

-37,3

-54,7

-55,0

Produits chimiques

19,3

24,5

21,7

-5,9

-23,5

-24,4

-16,6

Matériel de bureau et
de télécommunication

10,0

13,2

7,2

-13,9

-28,4

-22,2

-15,3

Produits de l'industrie automobile

15,3

15,8

3,4

-26,0

-46,9

-45,6

-28,6

Machine industrielles

21,9

22,7

15,7

-7,3

-28,8

-36,0

-31,9

Textiles

10,3

8,9

3,4

-12,8

-26,9

-26,8

-17,3

Vêtements

10,3

11,4

7,9

-2,5

-10,4

-15,5

-12,1

Source: Estimations du Secrétariat de l'OMC fondées sur des données miroir.

De même, le développement des chaînes d'approvisionnement mondiales, qui fait que les produits peuvent traverser des frontières nationales plusieurs fois durant le processus de production avant de parvenir à leur destination finale, a eu pour effet de gonfler jusqu'à un certain point la contraction des échanges telle qu'elle a été mesurée. Les statistiques du commerce des marchandises enregistrent la valeur des produits chaque fois qu'ils traversent une frontière nationale de sorte que, au moment où les données sont additionnées pour arriver au total des échanges mondiaux, le résultat est plus élevé en présence de chaînes d'approvisionnement à cause d'un certain degré de double comptabilisation.

L'ampleur de la double comptabilisation est difficile à évaluer faute de données aisément accessibles, mais elle ressort du fait que les exportations ont progressé plus vite que la production depuis les années 1980 (graphique 2). Après avoir augmenté régulièrement depuis 1985, le ratio a fait un bond de près d'un tiers entre 2000 et 2008, avant de retomber en 2009 lorsque les exportations mondiales ont chuté plus rapidement que le PIB mondial.

Graphique 2: Ratio des exportations mondiales de biens et de
services to GDP, 1981-2009

(services commerciaux)

Source: FMI pour le PIB mondial et Secrétariat de l'OMC pour le commerce mondial des biens et des services commerciaux

Enfin le marasme commercial en 2009 a aussi été aggravé par son caractère synchronisé. Les exportations et les importations de tous les pays ont fléchi en même temps, et aucune région n'a été épargnée (graphique 3). On peut être intuitivement certain que la chute des échanges dans le monde aurait été moindre si la contraction dans certaines régions avait été compensée par une expansion dans d'autres; mais cela n'a pas été le cas.

Le caractère synchronisé du recul est étroitement lié au développement des chaînes d'approvisionnement mondiales et des technologies de l'information, qui permet aux producteurs d'une région de réagir presque instantanément aux conditions du marché dans une autre région. Cela favorise généralement la prospérité aux niveaux mondial et national en encourageant l'utilisation la plus efficace de ressources limitées, mais dans un contexte d'effondrement des échanges, la propagation de la récession en a été peut être accélérée.

Graphique 3: Croissance des exportations mondiales de marchandises par région
(variation en pourcentage en glissement annuel en dollars)

a Y compris d'importantes réexportations ou importations aux fins de réesportation
b Y compris l'Afrique et le Moyen Orient, les totaux de ces deux régions indiquent une forte sous représentation.
Sources: FMI, Statistiques financières internationales: Eurostat, base de données Comext; Statistiques nationales Global Trade Atlas

Perspectives commerciales pour 2010

Le commerce et la production dans le monde traversent actuellement une phase de reprise. La chute de la production mondiale l'an dernier (—2.3 pour cent) a été la première de cette nature depuis la Grande dépression des années 1920 et 1930, et a amené les gouvernements de par le monde à réagir énergiquement par des mesures budgétaires et monétaires.

Comme ces mesures exceptionnelles semblent avoir réussi à prévenir une spirale baissière de l'économie mondiale, les responsables politiques devront réfléchir ensuite à la question de leur retrait.

Sauf nouvelles perturbations de l'économie mondiale, le commerce mondial des marchandises devrait retrouver sa trajectoire normale à la hausse jusqu'à la fin de 2010, même si un certain écart par rapport à la tendance antérieure persistera pendant un certain temps. Le Secrétariat de l'OMC estime que les exportations mondiales en volume progresseront de 9,5 pour cent cette année, avec un taux de 7,5 pour cent pour les économies développées et de 11 pour cent pour le reste du monde (économies en développement et Communauté d'États indépendants). Cette projection repose sur l'hypothèse d'une reprise de la croissance du PIB mondial conforme à ce que l'on s'accorde à prévoir (2,9 pour cent aux taux de change du marché), ainsi que d'une stabilité des prix du pétrole et des taux de change. Toutefois, une évolution plus favorable ou plus défavorable que prévu de la situation économique dans les mois à venir pourrait conduire à revoir les prévisions concernant le commerce.

Un taux de croissance du commerce de 9,5 pour cent ne suffirait pas à rétablir cette année les niveaux d'avant la crise, et même celui de 11 pour cent prévu pour les pays en développement ne ferait pas l'affaire. Cependant, deux années de croissance à ce rythme permettraient de dépasser les sommets de 2008. Les économies développées, par contre, auraient besoin de trois ans de croissance pour y parvenir.

Ces prévisions relatives au commerce sont plus sensibles aux variations des résultats des pays développés qu'à ceux des pays en développement, du fait que les premiers comptent pour une part plus importante des échanges mondiaux.

Il existe toujours un risque important que les prévisions soient trop optimistes, y compris la possibilité de nouvelles hausses des cours du pétrole, d'une appréciation ou d'une dépréciation des grandes monnaies, ou d'autres événements défavorables sur les marchés financiers.

Il est cependant aussi possible que les résultats commerciaux soient meilleurs que les prévisions, si, par exemple, le chômage diminue plus rapidement que prévu dans les pays développés.

Comme le montre le graphique 4, les estimations de la croissance des exportations sont étayées par le modèle de prévision de séries chronologiques du Secrétariat de l'OMC (2), qui prévoit une progression des importations de biens et de services d'environ 9,5 pour cent pour les pays de l'OCDE (techniquement “sur la base de la balance des paiements”).

Graphique 4: Croissance du PIB réel et du commerce des pays de l'OCDE, 2008-2009
Variation en pourcentage d'une année à l'autre

a Estimations fondées sur les données disponibles
Source: Comptes nationaux trimestriels de l'OCDE.

Bref aperçu de l'évolution du commerce en 2009

Commerce en volume (termes réels): marchandises

Pour tous les pays et régions, le volume des exportations de marchandises a baissé en 2009.

Pour les États Unis (—13,9 pour cent), l'Union européenne (à 27) (-14,8 pour cent) et le Japon ( 24,9 pour cent) le recul a été supérieur à la moyenne mondiale de -12,2 pour cent, tandis que les taux de contraction les plus faibles ont été enregistrés par les pays exportateurs de pétrole du Moyen Orient (—4,9 pour cent), l'Afrique (—5,6 pour cent) et l'Amérique du Sud/Amérique centrale (—5,7 pour cent). L'Asie (—11,1 pour cent) et la Chine (—10,5 pour cent) ont également vu leurs exportations diminuer, mais légèrement moins que la moyenne mondiale (tableau 2).

Du côté des importations, la situation a été inverse, les deux régions qui ont subi la contraction la plus forte étant les exportateurs de pétrole — la Communauté d'États indépendants (CEI) ( 20,2 pour cent) et l'Amérique du Sud/Amérique centrale (—16,5 pour cent). Parmi les autres pays, les États Unis (—16,5 pour cent) et l'Union européenne (—14,5 pour cent) ont enregistré un fléchissement supérieur à la moyenne mondiale, alors qu'au Japon, la baisse (—12,8 pour cent) était presque équivalente au taux mondial.

Tableau 2: PIB et commerce des marchandises par région, 2007-2009
(Variation annuelle en pourcentage à prix constants (2005)

Commerce en valeur (termes nominaux): marchandises et services commerciaux

En 2009, la valeur des exportations mondiales de marchandises a diminué de 23 pour cent pour tomber à 12 150 milliards de dollars et celle des exportations mondiales de services commerciaux a fléchi de 13 pour cent pour s'établir à 3 310 milliards de dollars (tableau 3). C'était la première fois depuis 1983 que le commerce des services commerciaux a reculé d'une année sur l'autre.

Parmi les catégories de services, les transports ont le plus fortement régressé, suivis par les voyages et les autres services commerciaux (tableau 4). Le recul des services de transport n'a rien d'étonnant, car cette branche est étroitement liée au commerce des marchandises. (Pour plus de détails sur le commerce par pays et région, y compris les principaux exportateurs et importateurs de marchandises et de services commerciaux, voir les tableaux de l'appendice ci après.)

Le tableau 3 de l'appendice confirme que la Chine a aujourd'hui dépassé l'Allemagne en tant que premier exportateur mondial de marchandises, avec une part de près de 10 pour cent des exportations mondiales, et qu'elle occupe le deuxième rang après les États Unis pour les importations. La part des États Unis dans les importations mondiales de marchandises est de 13 pour cent, et celle de la Chine de 8 pour cent.

Tableau 3: Exportations mondiales de marchandises et de services commerciaux, 2005-2009
en milliards de dollars et variation en pourcentage


source: WTO Secrétariat

 

Tableau 4: Exportations mondiales de services commerciaux par grande catégorie, 2009
en milliards de dollars et variation en pourcentage


source: WTO Secrétariat

En volume, la baisse des exportations des régions exportatrices de pétrole a été inférieure à la moyenne mondiale en 2009, mais en valeur, elle a généralement dépassé cette moyenne.

Par exemple, la valeur en dollars des exportations du Moyen Orient, de l'Afrique et de la Communauté d'États indépendants a chuté de 33 pour cent, 32 pour cent et 36 pour cent, respectivement, contre 23 pour cent pour le monde.

Cela s'explique par la forte baisse des prix du pétrole entre 2008 et 2009 (graphique 5). Comme le pétrole tend à dominer les exportations de marchandises des producteurs de pétrole, on notera que l'évolution des échanges en valeur et en volume peut différer sensiblement pour les différents pays en 2009.

Graphique 5: Prix de certains produits primaires, janvier 2000-janvier 2010
(Indice, base 100 = 2000)

Source: FMI, Prix des produits primaires.

 

APPENDICE — TABLEAUX ET GRAPHIQUES

Appendice — Tableau 1
Commerce mondial des marchandises par région et pour certains pays, 2009
(en milliards de dollars et en pourcentage)


a. Y compris les Caraïbes. Pour la composition des groupes, voir Notes techniques, Statistiques du commerce international 2009 de l'OMC.
b. Un élément influençant la variation annuelle en 2007 est une réduction des échanges liée à une fraude à la TVA. Pour plus de renseignements,voir les notes spéciales de la publication mensuelle UK Trade First Release
c. Importations f.a.b.
d. Algérie, Angola, Cameroun, Congo, Guinée équatoriale, Gabon, Libye, Nigéria, Soudan, Tchad.
e. Hong Kong, Chine; République de Corée; Singapour; et Taipei chinois
f. Marché commun du cône Sud: Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay.
g. Association des nations de l'Asie du Sud-Est: Brunéi, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Myanmar, Philippines, Singapour, Thaïlande, Viet Nam.
Source: Secrétariat de l'OMC

 

Appendice — Tableau 2
Exportations mondiales de services commerciaux par région et pour certains pays, 2009
(en milliards de dollars et en pourcentage)


a Estimations préliminaires.
b Y compris les Caraïbes. Pour la composition des groupes, voir le chapitre IV, Métadonnées, Statistiques du commerce international de l'OMC, 2009.
Note: Des données provisoires pour l'ensemble de l'année étaient disponibles de mars pour 50 pays représentant plus des deux tiers du commerce mondial des services commerciaux, mais les estimations pour la plupart des autres pays sont fondées sur des données relatives aux trois premiers trimestres.
Source: OMC

 

Appendice — Tableau 3
Commerce des marchandises: principaux exportateurs et importateurs en 2009
(en milliards de dollars et en pourcentage)


a. Estimations du Secrétariat
b Les importations définitives de Singapour s'entendent des importations moins les réexportations
c Importations f.a.b
d Y compris des réexportations importantes ou des importations aux fins de réexportation.
Source: Secrétariat de l'OMC
 

Appendice — Tableau 4
Commerce mondial de marchandises: principaux exportateurs et importateurs en 2009
(non compris les échanges intra-UE (à 27)) (en milliards de dollars et en pourcentage)

a. Estimations du Secrétariat
b Les importations définitives de Singapour s'entendent des importations moins les réexportations
c Importations f.a.b
d Y compris d'importantes réexportations ou importations aux fin de réexportation

 

Appendix Table 5
Commerce mondial de services commerciaux: principaux exportateurs et importateurs en 2009
(Billion dollars and percentage)


a Estimations préliminaires
b Estimations du Secrétariat.
Note: Des données provisoires pour l'ensemble de l'année étaient disponibles au début de mars pour 50 pays représentant plus des deux tiers du commerce mondial des services commerciaux, mais les estimations pour la plupart des autres pays sont fondées sur des données relatives aux trois premiers trimestres.
Source: OMC


 

Appendice — Graphique 1
Exportations et importations mensuelles de marchandises de certaines économies, janvier 2006-janvier 2010
(en milliards de dollars)

 

Notes:

1. Pour une analyse détaillée des causes de la contraction du commerce, voir Richard Baldwin (éd. 2009), The Great Trade Collapse: Causes, Consequences and Prospects, Centre for Economic Policy Research (Londres). retour au texte
2. Voir Keck, A., Raubold, A. and Truppia, A. (2009) “Forecasting International Trade: A Time Series Approach”, OECD Journal: Journal of Business Cycle Measurement and Analysis, Volume 2009/2, pages 1 à 20. retour au texte

> Télécharger ce communiqué de presse (format pdf, 18 pages, 136Ko)
  

> Transcription de la conférence de presse


Flux de nouvelles RSS

> Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.