OMC: COMMUNIQUÉ DE PRESSE 2010

PRESS/616

PRÉVISIONS DE CROISSANCE MONDIALE REVUES À LA HAUSSE POUR 2010

    

Comme la reprise des échanges commerciaux internationaux a été depuis le début de l'année plus rapide que prévue, les économistes de l'OMC ont revu à la hausse leurs projections concernant la croissance du commerce mondial en 2010 pour annoncer un chiffre de 13,5%. L'OMC avait prévu en mars une expansion du volume des échanges de 10%.

Les exportations de marchandises des économies développées devraient progresser de 11,5% en volume, tandis que le reste du monde (y compris les économies en développement et la Communauté d'États indépendants) devrait enregistrer une progression de 16,5% pour l'année (tableau 1).

Tableau 1:  Exportations de marchandises et PIB par région, 2007‑2010

Variation annuelle en %

 

 

 

 

 

 

2007

2008

2009

2010 a

Volume des exportations de marchandises

 

 

 

 

 

Monde

6,5

2,2

‑12,2

13,5

 

Économies développées

4,8

0,8

‑15,3

11,5

 

Économies en développement et CEI

9,0

3,8

‑7,8

16,5

PIB réel aux taux de change du marché (2005)

 

 

 

 

 

Monde

3,8

1,6

‑2,2

3,0

 

Économies développées

2,6

0,4

‑3,5

2,1

 

Économies en développement et CEI

8,0

5,7

2,0

5,9

a  Projections.

 

 

 

 

Source:  Secrétariat de l'OMC.

 

 

 

 

Ce serait là l'expansion des échanges en glissement annuel la plus rapide jamais enregistrée dans une série de données depuis 1950. Mais il faudrait replacer ce fort taux de croissance dans son contexte, c'est à dire se rappeler qu'en 2009 le niveau des échanges avait sérieusement diminué et les exportations mondiales s'étaient effondrées de 12,2%. Le deuxième meilleur taux de croissance en glissement annuel remontait à 1976 (11,8%), soit une année après la baisse sans précédent de 7,3% enregistrée en 1975.

“La forte reprise des échanges est le signal d'une amélioration de l'activité économique dans le monde” a dit le Directeur général de l'OMC, Pascal Lamy. “Cette forte progression des courants commerciaux offre la possibilité de sortir de cette douloureuse récession économique et peut aider à relancer l'emploi. Elle souligne également que les gouvernements ont eu la sagesse de rejeter le protectionnisme.”

Les échanges mondiaux de marchandises ont fortement augmenté au cours des deux premiers trimestres de 2010, tirés par la reprise du PIB dans les pays développés et en développement (graphique 1). La plupart des économistes s'attendent à un ralentissement de la croissance de la production au deuxième semestre lorsque les mesures de relance budgétaires prendront fin et que le cycle des stocks se terminera. Cela va probablement limiter la croissance du commerce au second semestre de 2010 par rapport au premier.

La projection concernant la croissance du commerce mondial est compatible avec le modèle de séries chronologiques du Secrétariat de l'OMC pour la demande d'importations dans un éventail d'économies avancées, et part de l'hypothèse d'un taux réduit de croissance du PIB pour les pays développés au second semestre de 2010 plutôt que d'une baisse absolue.

Les risques liés à la prévision sont essentiellement des risques de dégradation, en particulier si un choc financier ou macro économique imprévu déclenche un autre ralentissement de l'activité économique. Cependant, il existe un certain potentiel de hausse si le taux de croissance est meilleur que prévu au second semestre de l'année.

 

Graphique 1 — Exportations et importations mensuelles de marchandises pour certaines économies, janvier 2006-août2010
(en milliards de dollars)

 

États-Unis
Japon
Échanges extra-Union européenne (27)
France
Allemagne
Royaume-Uni
Chine
République de Corée
Brésil
Indie
Fédération de Russie
Afrique du Sud
Taipei chinois
Singapour
Malaisie
Thaïlande
Turquie
Mexique
 

Sources: Statistiques financières internationales du FMI, base de données GTA de la société Global Trade Information Services, statistiques nationales.

Flux de nouvelles RSS

> Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.