OMC: COMMUNIQUÉ DE PRESSE 2010

PRESS/623

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    

En particulier, entre janvier et juin 2010, 19 Membres de l'OMC ont indiqué avoir ouvert 69 nouvelles enquêtes au total, contre 97 nouvelles enquêtes notifiées par 18 Membres pour la période correspondante de 2009. Au total, 14 Membres ont indiqué avoir appliqué 59 nouvelles mesures antidumping pendant le premier semestre de 2010, soit une diminution de 5 pour cent par rapport aux 62 nouvelles mesures signalées par 16 Membres pour la période correspondante de 2009. Quinze nouvelles enquêtes ouvertes et dix des 59 nouvelles mesures finales appliquées au cours du premier semestre de 2010 sont attribuables à des Membres développés. Par comparaison, les Membres développés avaient ouvert 15 nouvelles enquêtes et appliqué 15 nouvelles mesures au cours du premier semestre de 2009.

Les Membres ayant déclaré le plus grand nombre de nouvelles enquêtes entre janvier et juin 2010 ont été l'Inde, qui en a signalé 17, suivie par l'Union européenne (huit), l'Argentine (sept) et le Brésil et Israël (cinq chacun). Les autres Membres ayant signalé l'ouverture d'enquêtes ont été: l'Australie et la Chine (quatre chacune); la Corée et l'Indonésie (trois chacune); la Colombie, les États-Unis et la Thaïlande (deux chacun); ainsi que le Canada, le Chili, la Jamaïque, le Mexique, le Taipei chinois, la Turquie et l'Ukraine (une chacun). Ces chiffres représentent une augmentation pour l'Inde, le Brésil, Israël et l'Union européenne et une diminution dans le cas de l'Argentine, du Canada, de la Chine, de la Colombie, des États-Unis, de l'Indonésie, de la Turquie et de l'Ukraine. Le nombre d'enquêtes ouvertes par l'Australie et le Mexique est demeuré inchangé par rapport aux chiffres enregistrés pour la période allant de janvier à juin 2009. La Corée, le Chili, la Jamaïque, le Taipei chinois et la Thaïlande, qui n'avaient signalé aucune nouvelle enquête pour la période allant de janvier à juin 2009, ont notifié l'ouverture de nouvelles enquêtes au premier semestre de 2010, alors que l'Afrique du Sud, le Costa Rica, le Pakistan et le Pérou, qui avaient notifié de nouvelles enquêtes au premier semestre de 2009, n'en ont signalé aucune pour le premier semestre de 2010.

Durant le premier semestre de 2010, la Chine a été le Membre le plus fréquemment visé par les nouvelles enquêtes, ses exportations ayant fait l'objet de 23 nouvelles enquêtes. Cela représentait une baisse de 30 pour cent par rapport aux 33 nouvelles enquêtes visant ses exportations pendant la période allant de janvier à juin 2009. L'Union européenne (et ses États membres à titre individuel) arrivait en deuxième position, avec 11 nouvelles enquêtes visant ses exportations. Venaient ensuite les États-Unis (cinq), la Corée et la Thaïlande (quatre chacune), la Malaisie et le Taipei chinois (trois chacun), le Brésil et le Japon (deux chacun) ainsi que l'Afrique du Sud, le Bélarus, la Bosnie-Herzégovine, le Chili, l'Inde, l'Indonésie, le Mexique, la Norvège, la République dominicaine, Singapour, l'Ukraine, et le Viet Nam (une chacun).

Les produits qui ont été le plus fréquemment visés par ces nouvelles enquêtes au cours du premier semestre de 2010 étaient les métaux communs (20 nouvelles enquêtes), les produits chimiques (onze), les matières plastiques et le caoutchouc (sept) ainsi que les produits en plâtre et en céramique (six). Sur les 20 ouvertures d'enquêtes notifiées concernant le secteur des métaux communs, six ont été signalées par l'Inde, trois par l'Indonésie, deux chacun par la Colombie, les États-Unis, la Thaïlande et l'Union européenne et une chacun pour l'Argentine, la Corée et Israël.

En ce qui concerne l'application de nouvelles mesures antidumping finales, l'Inde venait en tête, avec 17 nouvelles mesures pour la période allant de janvier à juin 2010, soit un chiffre inchangé par rapport au premier semestre de 2009. La Turquie occupait la deuxième place, ayant signalé neuf nouvelles mesures pour le premier semestre de 2010. Venaient ensuite l'Argentine et la Chine (sept nouvelles mesures chacune), les États-Unis (cinq), le Brésil (trois), le Canada, Israël et l'Union européenne (deux chacun) ainsi que l'Afrique du Sud, l'Australie, l'Égypte, le Mexique et le Pérou (une chacun). Le Chili, la Colombie, la Corée, le Pakistan et la Thaïlande, qui avaient signalé l'application de nouvelles mesures pour le premier semestre de 2009, n'en ont signalé aucune pour la période correspondante de 2010.

Ce sont les exportations chinoises qui ont fait l'objet du plus grand nombre de nouvelles mesures pendant la période allant de janvier à juin 2010, 25 des 59 nouvelles mesures appliquées au cours de cette période les concernant. Cela représentait une diminution de 17 pour cent par rapport aux 30 nouvelles mesures visant les exportations chinoises appliquées pendant le premier semestre de 2009. L'Union européenne (et ses États membres à titre individuel) arrivaient en deuxième position, avec six nouvelles mesures visant ses exportations pendant le premier semestre de 2010. Venaient ensuite les États-Unis (leurs exportations faisant l'objet de cinq nouvelles mesures), le Taipei chinois (quatre) ainsi que la Fédération de Russie, l'Indonésie et la Thaïlande (trois chacune). L'Afrique du Sud; l'Australie; la Corée; Hong Kong, Chine; l'Inde; le Koweït; le Royaume d'Arabie saoudite; la Turquie; l'Ukraine; et le Viet Nam ont chacun fait l'objet d'une mesure.

Le secteur le plus fréquemment touché par les nouvelles mesures appliquées pendant la période allant de janvier à juin 2010 était celui des métaux communs, avec 18 des 59 mesures notifiées. Le secteur des produits chimiques a fait l'objet de 12 nouvelles mesures. Venaient ensuite le secteur des matières plastiques et du caoutchouc (onze nouvelles mesures), le secteur des textiles (six) et le secteur des machines et du matériel électrique (cinq), puis les secteurs des chaussures et des produits en plâtre et en céramique (deux chacun). Concernant les mesures visant les produits du secteur le plus touché (métaux communs), l'Inde a appliqué sept des 18 nouvelles mesures notifiées; la Chine occupait la deuxième position, avec trois nouvelles mesures, tandis que le Canada, les États-Unis et la Turquie arrivaient au troisième rang, avec deux nouvelles mesures chacun, suivis de l'Union européenne et du Mexique, chacun ayant signalé une nouvelle mesure appliquée aux produits de ce secteur.

Les données ci-dessus proviennent des rapports semestriels présentés par les Membres au Comité des pratiques antidumping. Les statistiques sont fondées sur les renseignements communiqués par les Membres ayant présenté des rapports semestriels pour les périodes pertinentes; elles sont incomplètes dans la mesure où les renseignements présentés par les Membres sont incomplets. Aux fins de ces statistiques, chaque enquête ou mesure notifiée vise un produit importé d'un pays ou territoire douanier. Les rapports semestriels des Membres sur les mesures antidumping prises pendant la période allant du 1er janvier au 30 juin 2010 sont reproduits dans la série de documents portant la cote(G/ADP/N/202).     

Flux de nouvelles RSS

> Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.