NOUVELLES: ALLOCUTIONS — DG PASCAL LAMY

Quatrième conférence des Nations Unies sur les pays les moins avancés

POUR EN SAVOIR PLUS:
> Allocutions: Pascal Lamy

  

En septembre dernier, nous étions réunis à New York pour faire le point sur la mise en œuvre des objectifs du millénaire. Cette conférence d'Istanbul, dédiée aux pays les moins avancés, lui fait écho.  C'est en effet aux pays les plus vulnérables, les plus démunis, les plus défavorisés, que la communauté internationale doit, en priorité, concentrer ses actions pour les soutenir dans leurs politiques de développement. 

Quels sont les progrès réalisés depuis dix ans dans la contribution du commerce international au développement des pays les moins avancés?.  Parmi les défis  qui demeurent, quels sont ceux qui doivent nous mobiliser dans les temps à venir?

Pour ce qui est de la contribution des échanges internationaux aux résultats obtenus par les PMA, les progrès réalisés sont là : un rythme de croissance de 7% en moyenne depuis 10 ans, supérieur à la moyenne mondiale,   dans lequel le commerce compte pour  deux tiers.  Dans le même temps, le commerce des PMA a cru deux fois plus rapidement que les échanges mondiaux.  

Trois pays, le Cambodge, le Népal et le Cap Vert sont entrés à l'OMC depuis dix ans en tant que PMA.  Un quatrième, Vanuatu, va rejoindre la grande famille de l'OMC dans quelques semaines

Les PMA représentent aujourd'hui un cinquième des membres de l'OMC, et reçoivent près de la moitié de  notre assistance technique.

Progrès aussi dans les efforts consacrés à l'aide publique au développement des capacités commerciales des PMA : 5 milliards de $ dans les années 2000, 12 milliards en 2009. 

Dans l'ensemble, donc, une bonne trajectoire qui a vu la part des PMA dans le commerce mondial doubler en dix ans.

En pourtant, cette part ne représente encore aujourd'hui que 1% du commerce mondial.  La contribution des échanges internationaux au développement des PMA demeure donc insuffisante. D’où nos objectifs pour la période à venir, qu'il s’agisse des négociations à l'OMC, des adhésions des PMA, ou encore  de l'aide pour le commerce.

En matière d'accès aux marchés d'abord.  Même s'il augmente, l'accès en franchise de droit et de restrictions quantitatives pour les exportations des PMA n'est toujours pas garanti à l'OMC.

Cette décision est aujourd'hui bloquée avec le reste de la négociation du Doha Round en raison, pour l'essentiel, d'une différence entre pays développés et pays émergents sur d'autres sujets.  Il en est de même pour les simplifications des règles d'origine dont la complexité demeure un obstacle aux exportations des PMA.

En matière de régulations des échanges, d'autres décisions d'importance majeure pour les PMA son aussi bloquées pour les mêmes raisons,  par exemple en matière de réduction ou de suppression des subventions qui handicapent la production agricole des PMA, comme dans le cas emblématique du coton.

Il est à la fois essentiel et urgent de débloquer ces décisions en faveur des PMA et mon souhait est que cette conférence adresse aux négociateurs un message clair sur ce point précis.

En matière d'accessions, l'objectif est d'accélérer les procédures pour la douzaine de PMA qui négocient actuellement leur adhésion à l'OMC : Ethiopie, Laos, Liberia, Samoa, Yémen, pour ne prendre que quelques exemples.

En matière d'aide publique au développement dans le domaine commercial, il s'agit pour l'essentiel de maintenir l'effort.  Et de parvenir à une répartition  meilleure qu'aujourd'hui, où les deux tiers de l'aide sont concentres sur dix PMA seulement.     Les améliorations apportées récemment au Cadre Intégré qui réunit les organisations internationales les plus impliquées devraient y contribuer.

Au total, donc, et ce sera ma conclusion, la contribution d'échanges  commerciaux plus ouverts et plus justes au développement des PMA, qui était notre mot d'ordre à Bruxelles il y a dix ans a été substantielle.  Mais il reste un potentiel considérable à exploiter.   Et des décisions urgentes concernant spécifiquement les règles applicables aux échanges des PMA sont indispensables.  Puisse cette conférence contribuer à leur accouchement!

 

Flux de nouvelles RSS

> Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.