ALLOCUTIONS — DG ROBERTO AZEVÊDO

Pour en savoir plus

  

Madame l'Ambassadrice Paik,
Monsieur Ortiz,
Madame González,
Madame Lee,
Excellences,
Mesdames et Messieurs,

Bonjour et bienvenue.

Je suis très heureux d'être ici aujourd'hui. Je devrai malheureusement vous quitter immédiatement après avoir présenté ces observations mais je tenais à vous dire quelques mots au début de cette importante manifestation.

Votre présence ici aujourd'hui illustre l'intérêt que les Membres portent aux cadres réglementaires relatifs au commerce des services, une question qui a fait l'objet de débats fructueux au cours des 18 derniers mois.

Je félicite le groupe MIKTA pour l'organisation de cet atelier. Le groupe MIKTA lui-même témoigne de tout ce qui peut être accompli lorsque les Membres, indépendamment de leur niveau de développement, trouvent un terrain d'entente et décident de travailler ensemble à la réalisation d'objectifs communs.

Vous avez réuni un large éventail d'experts qui représentent des gouvernements, des entreprises et de grandes organisations internationales. Merci à tous d'être présents aujourd'hui.

Le secteur des services représente aujourd'hui une plus grande part de la production que le secteur manufacturier ou le secteur agricole dans de nombreuses économies, qu'elles soient développées, en développement ou parmi les moins développées. Dans le même temps, ce secteur est, de par sa nature même, très réglementé. C'est pourquoi le commerce des services est souvent confronté à de nombreuses prescriptions réglementaires, en particulier lorsque les fournisseurs se trouvent à l'étranger.

Le Rapport sur le commerce mondial 2019 de l'OMC est précisément consacré à “L'avenir du commerce des services”. Il en ressort que, si les coûts du commerce dans le secteur des services ont chuté au cours des dernières années, ils sont toujours près de deux fois plus élevés que dans le secteur des marchandises. L'une des principales raisons de ce phénomène est la plus grande complexité des politiques qui encadrent le commerce des services.

La réponse ici n'est pas de supprimer ou d'interdire la réglementation mais de bien réglementer. La réglementation devrait répondre à des objectifs de politique intérieure tout en préservant des conditions de concurrence équitables sur le marché.

Il ne peut pas y avoir de marchés des services compétitifs et dynamiques sans politiques de soutien et sans cadre réglementaire efficace.

Et c'est précisément ce que demandent les entreprises dans le monde entier. En matière de réglementation, les entreprises souhaitent une plus grande transparence et une plus grande prévisibilité pour pouvoir prendre des décisions éclairées. Je tiens à souligner que c'est une demande qu'expriment les exportateurs de services des PMA — comme récemment au cours de l'atelier consacré aux PMA et au commerce des services, qui a eu lieu il y a quelques semaines.

Comme je l'ai fait observer précédemment, l'OMC s'est employée à répondre à ces besoins.

Un groupe de Membres de l'OMC a lancé des discussions sur les disciplines réglementaires pour le commerce des services. L'Initiative conjointe sur la réglementation intérieure dans le domaine des services rassemble 60 Membres qui ont des niveaux de développement et des cadres réglementaires différents et qui représentent collectivement plus de 70% du commerce mondial.

Les bonnes pratiques en matière de réglementation sont compatibles avec toute une variété de systèmes et d'approches réglementaires — quels que soient le niveau de développement ou les choix de société reflétés dans la réglementation nationale. Le principal objectif est de garantir que certains types de réglementations ne soient pas opaques et inutilement complexes. En l'occurrence, améliorer la qualité des réglementations et faciliter le commerce des services sont les buts essentiels visés.

L'atelier d'aujourd'hui est une excellente occasion de travailler de façon plus approfondie sur ces questions. Il permettra aussi de mieux comprendre les relations entre qualité de la réglementation, croissance et développement durables, et marchés de services compétitifs.

Je vous souhaite une excellente journée et j'attends avec intérêt de connaître les résultats de vos discussions.

 

Partager

Partager


  

Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.