Découvrir ce qui se passe à l'OMC

NOUVELLES:  COMMUNIQUÉ DE PRESSE 2002

PRESS/268
15 janvier 2002
M. Mike Moore rend hommage à ses conseillers et déclare que leurs efforts seront la source d'idées nouvelles

Le Directeur général, M. Mike Moore, a fait la déclaration ci-après à la suite d'une réunion de deux jours avec ses conseillers extérieurs. Ceux-ci ont rencontré le Directeur général et ses collaborateurs pour coordonner la préparation d'une publication qui paraîtra en été et qui traitera de certains des principaux problèmes qui se posent à l'Organisation mondiale du commerce.

150pxls.gif (76 bytes)
VOIR AUSSI:
>
M. Mike Moore constitue un groupe consultatif sur les questions relatives à l'OMC


Communiqués de presse
Nouvelles
Allocutions: Mike Moore



Je tiens à remercier tout d'abord les membres du groupe d'avoir participé à ces discussions. Nous avons la chance d'avoir dans ce groupe certains des plus éminents spécialistes du système commercial mondial et de l'OMC. Nous avons demandé à ces personnes créatives et érudites d'examiner, au-delà de l'horizon immédiat, comment nous pourrions façonner, dans l'avenir, cette organisation et le système qui relève d'elle.

Notre objectif est de préparer une publication qui paraîtra cet été et qui présentera des idées collectives et individuelles sur la façon dont nous devrions avancer dans l'examen des questions de fond et d'administration, compte tenu des facteurs politiques externes qui influeront sur notre organisation dans l'avenir.

La Conférence de Doha a été couronnée de succès et a abouti à l'établissement d'un imposant programme de travail et de négociations pour les années à venir. Nous avons adopté le programme pour le développement et nous avons bien l'intention de mettre en œuvre les instructions des ministres. Mais le succès de la Conférence ne change rien au fait que bon nombre des problèmes apparus à Seattle subsistent et ressurgiront tout au long des négociations. Il ne réduit en aucune façon la nécessité d'examiner attentivement les problèmes auxquels le système est confronté ainsi que les questions de fond inscrites à l'ordre du jour de la Conférence. Il nous fournit simplement un cadre de réflexion plus concret.

Je ne prétends pas que nous ayons trouvé toutes les réponses en deux jours de discussion. Mais je pense que nous avons abordé les bonnes questions. Une OMC avec 144 gouvernements Membres est différente d'un GATT qui en comptait 23. Nous devons réfléchir à la façon dont l'organisation peut améliorer son fonctionnement et mieux servir les intérêts de ses Membres tant en termes de contenu qu'en termes de méthode.

Le débat qui a eu lieu au cours des deux derniers jours a été parfois intense et nous ne sommes pas tous tombés d'accord sur tous les points. Mais les divergences de vues ont été constructives. Nos experts sont issus de milieux différents et considèrent le monde sous des perspectives différentes. Mais ils partagent tous la même aspiration: voir une OMC dynamique et représentative servir plus efficacement les intérêts de tous les gouvernements Membres et de leurs citoyens.

Dans les prochains mois, les membres du groupe écriront chacun un chapitre de la publication et je suis certain que de nouvelles divergences de vues se feront jour. Leurs perspectives et leurs priorités différentes apparaîtront clairement dans ces chapitres. Mais ils dégageront aussi une vision commune de l'organisation. Certaines des idées avancées donneront matière à réflexion et peut-être même à controverse. Toutefois, pour essayer de résoudre les problèmes qui se posent à l'organisation, il convient de porter un regard neuf et créatif sur la façon dont nous pouvons les aborder.

Un débat constructif sur ces questions institutionnelles doit présenter des perspectives diverses aux gouvernements Membres de notre organisation. C'est une organisation intergouvernementale dont les décisions sont fondées sur un consensus. Nous ne l'avons jamais oublié. Néanmoins, la sagesse des membres de ce groupe exceptionnel peut éclairer les gouvernements Membres sur la meilleure façon d'aborder les problèmes qui se posent à nous aujourd'hui et qui nous attendent demain”.

  
Les conseillers de M. Moore sont:

M. Robert Baldwin, 
Professeur émérite d'économie,
titulaire de la chaire Hilldale,
Université du Wisconsin
  

M. Konrad Von Moltke 
Chargé de recherche à l'Institut international du développement durable, Winnipeg
  

M. Jagdish N. Bhagwati 
Professeur à l'Université de Columbia, New York,
 
Conseiller spécial auprès de l'ONU
sur la mondialisation
  
M. Manmohan Singh
Chef de l'opposition,
Ancien Ministre des finances et
Gouverneur de la Banque centrale de l'Inde
  
M. Peter Eigen
Président, Transparency International,
Berlin
  
Mme Sylvia Ostry
Chargée de recherche principale,
Centre d'études internationales Munk, Université de Toronto
  
M. Victor Halberstadt
Professeur d'économie du secteur public à l'Université de Leiden
  
M. Ademola Oyejide
Université d'Ibadan
  
M. Koichi Hamada
Professeur d'économie à l'Université de Yale,
Président de l'Institut de recherche
économique et sociale, Tokyo
  
M. le Sénateur LeRoy Trotman
Ancien Président de la Confédération internationale des syndicats libres,
Secrétaire général du syndicat
des travailleurs de la Barbade
  
M. Patrick Messerlin
Professeur à l'Institut d'études politiques,Paris
  
M. Ernesto Zedillo
Ancien Président du Mexique
150pxls.gif (76 bytes)

Cliquer pour agrandir l'image (38 Ko)