160pxls.gif(835 bytes)

OMC: NOUVELLES 2013

CONSEIL GÉNÉRAL

> Déclaration du Président
> Déclaration du Directeur général, M. Lamy
> Déclaration de M. l'Ambassadeur Azevêdo

150pxls.gif (76 bytes)
POUR EN SAVOIR PLUS:

  

Déclaration du Président

Conformément aux Procédures de désignation des Directeurs généraux adoptées en décembre 2002 (WT/L/509), le processus de désignation du nouveau Directeur général a commencé en octobre 2012, lorsque des renseignements sur la phase du processus relative à la présentation des candidatures ont été communiqués aux délégations. Après la clôture, le 31 décembre, de la période d'un mois prévue pour la présentation des candidatures, les neuf candidats proposés par leurs gouvernements ont été invités à rencontrer les Membres dans le cadre d'une réunion formelle du Conseil général qui a eu lieu du 29 au 31 janvier de cette année. À cette réunion, chaque candidat a fait un bref exposé, incluant ce qu'il envisageait pour l'OMC, suivi d'une séance de questions et réponses. Conformément aux Procédures, les candidats ont aussi eu une période de trois mois, c'est à dire jusqu'au 31 mars, pour se faire connaître aux Membres et engager des discussions sur les questions pertinentes se posant à l'Organisation.

Avant le début du processus de consultations, moi‑même et mes collègues chargés de mener l'exercice — l'Ambassadeur Jonathan Fried (Canada), Président de l'Organe de règlement des différends et l'Ambassadeur Joakim Reiter (Suède), Président de l'Organe d'examen des politiques commerciales, agissant en qualité de facilitateurs — avons convoqué une réunion informelle des Chefs de délégation le 13 mars, dans le respect des principes de transparence, d'inclusion et de participation de tous. Guidé par les opinions exprimées par les Membres à cette réunion, j'ai expliqué lors d'une réunion ultérieure des Chefs de délégation le 19 mars comment se déroulerait la suite du processus, et j'ai annoncé le lancement du processus de consultations prévu dans les Procédures. La déclaration que j'ai faite à la réunion du 19 mars figure dans le document JOB/GC/39.

Conformément au processus décrit le 19 mars et aux Procédures de 2002, trois séries de consultations ont été menées par les facilitateurs et moi‑même à partir du 2 avril. L'organisation des travaux a été la même pour ces trois séries de consultations. À chaque fois, les Membres ont été priés d'indiquer leurs préférences. Nous avons consulté les Chefs de délégation en leur qualité de représentants des Membres, et des dispositions ont été prises pour consulter directement les Membres sans représentation, y compris en rencontrant personnellement ceux qui étaient présents pendant la Semaine de Genève. Nous avons traité tous les renseignements reçus des Membres dans la plus stricte confidentialité.

Les facilitateurs et moi‑même avons fait rapport aux Membres sur les consultations lors de réunions informelles des Chefs de délégation à chaque étape du processus. Les déclarations que j'ai faites à chacune de ces trois réunions informelles des Chefs de délégation (les 12 avril, 26 avril et 8 mai) ont été distribuées à tous les Membres dans les documents JOB/GC/40, 45 et 50, respectivement. Permettez‑moi de dire à ce stade que les facilitateurs et moi‑même avons vivement apprécié le niveau élevé d'engagement dont les Membres ont fait preuve et je tiens à remercier tous les Membres de leur participation constructive à ce processus.

Vous vous souviendrez que, conformément à l'organisation des travaux exposée dans le document JOB/GC/39, les Membres ont clairement exprimé leur préférence pour la formule consistant à n'avoir que deux candidats lors de la dernière série de consultations. À cet égard, je souhaite remercier M. Herminio Blanco et la délégation du Mexique d'avoir facilité la décision que le Conseil général est sur le point de prendre, ainsi qu'il ressort de la déclaration qu'ils ont faite à la réunion des Chefs de délégation de mercredi dernier qui a été distribuée hier dans le document JOB/GC/51 et qui figurera également dans le compte rendu de la présente réunion. Les facilitateurs et moi‑même avons apprécié leur engagement à l'égard de notre institution et du système commercial multilatéral et les remercions de s'être ralliés sans difficulté au consensus.

Je souhaite également rendre formellement hommage aux neuf candidats qui ont participé à ce processus. Je suis sûr que tous les Membres conviendront que nous avons eu neuf candidats exceptionnellement qualifiés qui ont, tout au long du processus, témoigné de la très grande importance qu'ils accordaient au système commercial multilatéral et de leur attachement à ce système, ainsi que de la confiance qu'ils avaient dans le fonctionnement de ses règles et procédures. Je rends hommage à leurs gouvernements respectifs et aux représentants à Genève pour le comportement digne qu'ils ont eu d'un bout à l'autre du processus.

Permettez‑moi maintenant de dire quelques mots de mes deux amis et collègues qui ont participé à cet exercice — l'Ambassadeur Jonathan Fried et l'Ambassadeur Joakim Reiter. C'est vous, les Membres, qui les avez choisis par consensus lorsqu'ils ont été désignés pour présider leurs organes respectifs et, conformément aux Procédures de 2002, ils ont ce faisant assumé le rôle de facilitateurs. Tout au long du processus, ils ont accompli avec dévouement la tâche que vous leur avez confiée, au détriment des autres activités dont ils ont la charge en tant que représentants permanents de leur pays. Ensemble, nous formions “la troïka” et je tiens à souligner l'intégrité, l'impartialité et l'engagement dont ils ont fait preuve pour mener à bien ce processus difficile au mieux des intérêts de l'OMC et de tous ses Membres. Les Membres leur doivent beaucoup, je leur dois beaucoup aussi, et je souhaite les remercier très sincèrement de leur participation en votre nom à tous.

Passons maintenant à la question qui nous intéresse aujourd'hui. Vous vous souviendrez qu'à une réunion informelle des Chefs de délégation qui s'est tenue mercredi dernier, le 8 mai, j'ai dit que, conformément aux dispositions du paragraphe 19 des Procédures de 2002, je soumettrais, avec le soutien des facilitateurs, le nom de M. Roberto Carvalho de Azevêdo comme étant le candidat ayant le plus de chances de faire l'objet d'un consensus, et recommanderais qu'il soit désigné par le Conseil général comme nouveau Directeur général de l'OMC pour une durée de quatre ans, à l'expiration du mandat de M. Pascal Lamy le 31 août 2013.

En conséquence, je souhaite recommander formellement que le Conseil général convienne de désigner M. Roberto Carvalho de Azevêdo comme nouveau Directeur général de l'OMC pour une durée de quatre ans à compter du 1er septembre 2013.

(Le Conseil général en est ainsi convenu.)

Aujourd'hui, nous avons envoyé un message fort indiquant que l'OMC peut prendre des décisions par consensus et mener à bien sans heurts des processus compliqués. Il nous faut poursuivre sur cette lancée. Je suis convaincu que nous pouvons œuvrer ensemble à une issue positive de notre Conférence ministérielle à Bali.

Au nom du Conseil général, je souhaite présenter mes chaleureuses félicitations à M. Azevêdo pour sa désignation au poste de Directeur général. Je ne doute pas que les Membres collaboreront avec lui dans un esprit positif et constructif durant son mandat, en particulier cette année de préparation de la neuvième Conférence ministérielle. Je suis sûr de parler au nom de toutes les délégations en lui souhaitant plein succès alors qu'il se prépare à prendre ses fonctions.

Je terminerai ma déclaration en remerciant une fois encore tous les Membres pour l'approche constructive qu'ils ont adoptée afin de parvenir à un consensus dans ce processus de désignation. Lorsque j'ai été élu Président du Conseil général en février, j'avais dit que nous avions deux grands défis à relever cette année. Nous venons de relever avec succès le premier et devons maintenant consacrer toute notre énergie au deuxième — le succès de Bali.

 

Déclaration du Directeur général, M. Lamy

Thank you Mr Chairman.

I wish to take this opportunity to sincerely congratulate you, Mr Chairman, together with your colleagues in the Troika — as you are by now known to the world — for conducting this delicate process in a smooth, transparent and inclusive manner, that compares favourably with a number of other international organisations.  I also wish to commend the whole membership for their positive engagement and for the constructive spirit they have shown throughout this exercise.  I believe this process was also an example of efficiency — it is concluded well ahead of its deadline — another sign that this organization is always capable of delivering positive results when all Members work constructively together towards a common goal.

The important result of this process is that Members have appointed the new Director-General whom they believe is the most apt to lead this organization for the next four years.  This is a moment of unity for the WTO family, in which we can briefly put aside our day-to-day concerns to look at the bigger picture of what this organization represents and of its fundamental values: openness of trade for the benefit of all, non-discrimination, fairness, transparency.  And of all this with the overriding objective of encouraging sustainable development, raising people’s welfare, reducing poverty, and fostering peace and stability.  The common belief in and commitment to these values is what unites the 159 Members of the WTO.  The Director-General has to embody these common values and be at the service of all WTO Members. I am convinced Ambassador Azevedo will do just that. 

I would also like to warmly congratulate Ambassador Azevêdo on his appointment and to wish him well as he prepares to take up his post.  Ambassador Azevêdo can count on my full support as well as that of the entire Secretariat.  As I have already told him last week, I intend to work to ensure a smooth process of transition, so that he can hit the ground running as he takes office on 1 September.

Thank you, Mr Chairman.

 

Déclaration de M. l'Ambassadeur Azevêdo

Thank you very much Mr. Chairman,  Ambassador Bashir,
Mr. Director-General, Pascal Lamy,
Distinguished friends and colleagues,

It is a great honour for me to address you in this very special meeting of the General Council, certainly very special for me.

This morning, Members have accepted the recommendation made by the “troika” and we therefore conclude the long process of selecting the next Director-General of the WTO. My functions as a Permanent Representative of Brazil to the WTO are coming to an end but, on the positive side, I will continue to work with you in a new — and very challenging — capacity.

It is not my intention to speak now as your new Director-General. This is not the moment to offer your plans of action or share with you a vision for the future of the Organisation. I will have an opportunity to do that, at another occasion, when we formalise the transition from the DG, Pascal Lamy, to your next DG. Today, I would like to confine myself to a few remarks on the selection process and to words of gratitude.

This selection process has been particularly challenging. Members have had to choose from a field that, beside myself, included eight outstanding candidates. The number and quality of the candidacies ensured that, regardless of the result of the selection process, the WTO would be very well served at the DG position. I have nothing but praise for the quality and level of the campaigning carried out by all candidates and their respective governments. They all promoted their candidacies with utmost dignity and respect to the system and its members.

In this context, I must express my gratefulness to the government of Brazil, which, at all levels, and consistent with the directives that guide the DG selection process, supported my efforts to make myself and my views known to all members, both in Geneva and in capitals. There is a lot to say about these efforts and about the people involved in them, but this, together with many other things, I will leave for a future occasion.

The fact that the process aims at building consensus among Members, as is the practice at the WTO, has compounded the challenge. Reaching consensus is certainly a lot more complex than simply counting ballots.  It requires that all delegations participate constructively and in good faith in consultations that must ascertain more than just the degree of support enjoyed by the candidates. But the major advantage of a decision reached by consensus is that it adds legitimacy to the choice.  All Members are responsible for the outcome of the process and commit to working closely with the new Director-General in pursuing the goals and principles that guide this Organisation.  The new Director-General, in turn, must act in the best interests of all Members.

The formal directives that outline the WTO selection process are not, I must say, an exemplary model of clarity or predictability. Despite these shortcomings, the “troika”, after consulting members, decided on rules of procedure that allowed for a process that ran its course in a sound and stable manner. The process was certainly inclusive and all members — without exceptions — had a chance to express their preferences through the various stages of consultations.

More than anything, the “troika” carried out its mandate in such a way that the new DG will be in a position to start his term without having to heal the wounds of a divisive and caustic process.  In this instance, the new DG and the members will be ready to immediately start working towards solving the most pressing challenges faced by this Organisation. Bali, an important event for this Organisation at this critical juncture, is just around the corner and we have no time to lose. WTO members, therefore, owe very special recognition to the fantastic work carried out by the keepers of the process, Ambassador Bashir, our Chairman, and Ambassadors Fried and Reiter, his facilitators. Members — and I — cannot thank them enough. Their competence and hard work have been of paramount importance in steering the Membership towards the outcome that was accepted by consensus today.

Mr. Chairman,

I would like to express my deepest gratitude for the support I have received from all categories of Members in the three rounds of consultations. Developed, developing, and least developed countries across the World have extended me their confidence. I intend to do everything in my power to honour their confidence and trust.

Regardless of their size, geographical circumstances, and level of development, all Members benefit from a predictable, rules-based multilateral trading system, embodied in this Organization. The Director General of the WTO has the duty of working with all Members to strengthen the system and to make it responsive to the needs and challenges of the entire Membership. In my term, I shall do my best to unremittingly help Members in building consensus and achieving the goals set out in the Agreements establishing the World Trade Organization.

I would also like to thank the Director-General, Pascal Lamy, for his generous offer to help me during the transition period that starts today and stretches until the end of August. I certainly have a lot to learn from his experience and the WTO has a lot to benefit from a smooth and orderly transition. Words of praise and gratitude for the legacy of Pascal Lamy to the WTO are in order, but I would rather do that at a more appropriate future opportunity.

Mr. Chairman, I have been working in and with this Organisation continuously for the last 15 years. I have seen it in much better days. I pledge to all members that I will work with them, with unwavering and steadfast determination, to restore the WTO to the role and pre-eminence it deserves and must have. But this is a conversation we must continue in September. I’m looking forward to it.

Thank you.


Diaporama
Galerie de photos

Flux de nouvelles RSS

Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.

150pxls.gif (76 bytes)