SUIVI DU COMMERCE

Pour en savoir plus

  

En présentant le rapport aux Membres, le Directeur général Roberto Azevêdo s'est exprimé ainsi:

"Le message contenu dans le rapport que nous avons devant nous aujourd'hui est grave: nous allons dans la mauvaise direction et nous semblons prendre de la vitesse. La croissance, les emplois et la reprise sont en jeu. J'invite les Membres à reconnaître la gravité de ce rapport et de ses conclusions. Nous devons prendre des mesures immédiates pour désamorcer la situation. Je continuerai de travailler de concert avec tous les Membres pour y parvenir."

Le rapport montre que, pendant la période considérée, les Membres de l'OMC ont appliqué 75 nouvelles mesures restrictives pour le commerce, imposant notamment des majorations de droits de douane, des restrictions quantitatives, des taxes à l'importation et des réglementations douanières plus strictes. Cela équivaut à une moyenne de près de onze nouvelles mesures par mois, chiffre en hausse par rapport à la moyenne de neuf mesures indiquée dans le rapport précédent.

Pendant la période considérée, les Membres de l'OMC ont également mis en œuvre 89 mesures visant à faciliter les échanges, y compris la suppression ou la réduction de droits de douane, la simplification de procédures douanières, la réduction de taxes à l'importation et l'élimination de prohibitions à l'importation. Près de 13 mesures de facilitation des échanges par mois ont été prises, ce qui représente une progression par rapport à la moyenne de 11 mesures enregistrée pour la période précédente.

Conformément aux conclusions des précédents rapports, la valeur des échanges visés par les mesures de facilitation des importations (107,3 milliards de dollars EU) est supérieure à celle des échanges visés par les mesures de restriction des importations (84,5 milliards de dollars EU). Bien que cela soit encourageant, le ratio des échanges visés par des mesures de facilitation des importations aux échanges visés par des mesures de restriction des importations, qui était de 2 pour 1 à l'avantage du premier dans le rapport de novembre 2017, a considérablement diminué pendant la période considérée, ce qui suscite de vives inquiétudes et appelle un suivi constant.

S'agissant des mesures correctives commerciales, le rythme des ouvertures d'enquêtes par des Membres de l'OMC est resté stable et le nombre de clôtures d'enquêtes a augmenté. Les ouvertures d'enquêtes visant des mesures correctives commerciales ont représenté 40% de toutes les mesures commerciales adoptées pendant la période considérée, tandis que les ouvertures d'enquêtes antidumping en ont représenté près de 80%.

Le texte intégral du discours prononcé par le Directeur général pour lancer le rapport est disponible ici.

Principales conclusions

  • Le présent rapport passe en revue les nouvelles mesures commerciales et liées au commerce appliquées par les Membres de l'OMC entre le 16 octobre 2017 et le 15 mai 2018. Il révèle un certain nombre de tendances importantes dans l'élaboration des politiques commerciales mondiales. Alors que les Membres de l'OMC ont continué de mettre en œuvre des mesures de facilitation des échanges, une tendance plus préoccupante a été observée durant la période à l'examen puisque le nombre de mesures restrictives pour le commerce a augmenté dans un contexte de durcissement des tensions commerciales et du discours ambiant. Cette évolution devrait être une source de réelle préoccupation pour la communauté internationale.
  • Les Membres de l'OMC ont appliqué 75 nouvelles mesures restrictives pour le commerce pendant la période considérée, imposant notamment des majorations de droits de douane, des restrictions quantitatives, des taxes à l'importation et des réglementations douanières plus strictes. Cela équivaut à une moyenne de près de onze nouvelles mesures par mois, chiffre en hausse par rapport à la moyenne de neuf mesures indiquée dans le rapport précédent.
  • Pendant la période considérée, les Membres de l'OMC ont également mis en œuvre 89 mesures visant à faciliter les échanges, y compris la suppression ou la réduction de droits de douane, la simplification de procédures douanières, la réduction de taxes à l'importation et l'élimination de prohibitions à l'importation. Près de 13 mesures de facilitation des échanges par mois ont été prises, ce qui représente une progression par rapport à la moyenne de 11 mesures enregistrée dans le rapport précédent.
  • La valeur des échanges visés par les mesures de facilitation des importations (107,3 milliards de dollars EU) est supérieure à celle des échanges visés par les mesures de restriction des importations (84,5 milliards de dollars EU). Bien qu'il s'agisse à ce stade d'une donnée encourageante pour le commerce mondial, on peut noter avec préoccupation que le ratio des échanges visés par des mesures de facilitation des importations aux échanges visés par des mesures de restriction des importations a considérablement diminué pendant la période considérée. Ce ratio était auparavant de 2 pour 1 à l'avantage des mesures de libéralisation des échanges, comme il est indiqué dans le rapport précédent.
  • Par rapport à la période précédente, le rythme des ouvertures d'enquêtes visant des mesures correctives commerciales est resté stable et le nombre de clôtures d'enquêtes visant des mesures correctives commerciales a augmenté. Les ouvertures d'enquêtes visant des mesures correctives commerciales ont représenté près de 40% de toutes les mesures commerciales recensées pendant la période considérée. Les échanges visés par les ouvertures d'enquêtes de ce type répertoriées dans le présent rapport sont estimés à 52,7 milliards de dollars EU, chiffre qui a presque doublé par rapport à la même période en 2016-2017. Les échanges visés par les clôtures d'enquêtes en matière de mesures correctives commerciales recensées pendant la période considérée sont estimés à 6,8 milliards de dollars EU.
  • Alors que l'économie mondiale retrouve enfin une dynamique de croissance soutenue après la crise financière internationale, l'incertitude générée par la prolifération des mesures restrictives pour le commerce pourrait fragiliser la reprise économique. Le système commercial multilatéral a été créé pour résoudre ce type de problèmes et il a les moyens d'y parvenir à nouveau. Cependant, une nouvelle escalade ferait peser des risques qui pourraient s'avérer importants pour le système lui-même. Face à ces difficultés, la résilience et la capacité opérationnelle du système dépendront de chacun de ses Membres. Les Membres de l'OMC doivent donc utiliser tous les moyens dont ils disposent pour désamorcer la situation et favoriser davantage la reprise du commerce.

Mesures restrictives pour le commerce
(Moyenne mensuelle)

Note: Les valeurs sont arrondies. Les changements dans les moyennes des années précédentes résultent de la mise à jour continue de la base de données sur le suivi du commerce.
Source: Secrétariat de l'OMC.

Mesures de facilitation des échanges
(Moyenne mensuelle)

Note: Les valeurs sont arrondies. Les changements dans les moyennes des années précédentes résultent de la mise à jour continue de la base de données sur le suivi du commerce.
Source: Secrétariat de l'OMC.

Évolution des mesures correctives commerciales: ouvertures et clôtures d'enquêtes ou suppressions de mesures
(Moyenne mensuelle)

Note: Les valeurs sont arrondies.
Source: Secrétariat de l'OMC.

Aperçu général des mesures commerciales, de mi-octobre 2017 à mi-mai 2018
(Par nombre)

Source: Secrétariat de l'OMC.

Échanges visés par des mesures à l'importation, de mi-octobre 2017 à mi-mai 2018
(Milliards de $EU)

Note: Chiffres de 2016. Les mesures liées à l'élargissement de l'ATI ne sont pas incluses.
Source: Secrétariat de l'OMC.

Partager


Partager


  

Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.