DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT ALAN WM. WOLFF

Pour en savoir plus

  

Excellences,
Mesdames et Messieurs,

Bonjour. Je me joins à M. l'Ambassadeur Haqjo pour vous souhaiter la bienvenue à cette réunion d'experts qui se déroule en marge de la première réunion historique du Groupe de travail de l'accession du Soudan du Sud.

J'étais présent à la réunion de ce matin, que j'ai suivie avec attention. J'ai perçu le sentiment de fierté et d'accomplissement et l'élan qui émanaient de la délégation de haut niveau venue de Djouba et des Membres de l'OMC. Cet après-midi, je constate avec grande satisfaction que M. Aggrey Tisa Sabuni, négociateur principal, est présent parmi nous en tant qu'orateur principal. J'ai également le plaisir d'apercevoir Mme l'Ambassadrice Kadra Ahmed Hassan de Djibouti et Mme l'Ambassadrice Zorica Maric Djordjevic du Monténégro, qui ont compté au nombre des grands "Amis du Soudan du Sud" depuis la tenue du deuxième Dialogue régional sur les accessions à l'OMC, en décembre dernier à Djibouti.

Tout comme l'Ambassadeur Haqjo, qui a évoqué son lien particulier avec le Soudan du Sud, j'aimerais vous faire du lien que j'entretiens avec ce pays. Alors que j'ai pris mes fonctions de Directeur général adjoint de l'OMC en octobre 2017, j'ai participé à la Conférence ministérielle qui s'est tenue à Buenos Aires, en Argentine, deux mois plus tard. J'y ai été le témoin privilégié de l'approbation par les Ministres de l'OMC d'une demande d'accession à l'OMC présentée par une toute jeune nation alors âgée de six ans, le Soudan du Sud. Ce fut un moment mémorable de la Conférence, lors d'une réunion tout aussi remarquable. Je pense que de par sa détermination à s'intégrer dans l'économie mondiale, le Soudan du Sud a envoyé au monde un message très fort.

Depuis lors, j'ai eu à plusieurs reprises l'occasion de m'entretenir avec des délégations de haut niveau de Djouba, notamment avec le Ministre de la justice, le Ministre de l'éducation et, bien entendu, de hauts fonctionnaires chargés des questions commerciales. Lors du Forum public de l'OMC organisé en octobre 2018, j'ai eu l'honneur de modérer une table ronde sur le thème "Le commerce au service de la paix: l'intégration des États fragiles dans l'économie mondiale, une voie vers la paix et la résilience". M. Deng Deng Hoc Yai, Ministre de l'enseignement général et de l'éducation du Soudan du Sud, qui était l'un des intervenants, a suscité de la sympathie chez bon nombre de participants lorsqu'il a expliqué les raisons pour lesquelles le Soudan du Sud - en tant que pays moins avancé et sortant d'un conflit - était déterminé à accéder à l'OMC. Il était fermement convaincu que le processus d'accession à l'OMC aiderait à maintenir durablement la paix et la stabilité dans le pays. Ses remarques nous rappellent à point nommé les raisons pour lesquelles les pères fondateurs ont créé le système commercial multilatéral au sortir de la Seconde Guerre mondiale.

L'initiative intitulée "Le commerce au service de la paix par l'accession à l'OMC" a permis de resserrer les liens entre la communauté commerciale et les défenseurs de la paix à Genève ces derniers mois. L'initiative a été lancée à Buenos Aires, avec la création du Groupe G-7+ des accessions à l'OMC.

Le Groupe a été établi par huit pays moins avancés vulnérables qui sont en proie à des conflits et à une instabilité de longue date: trois Membres de l'OMC (Afghanistan, Libéria et Yémen) et cinq pays accédants (Comores, Sao Tomé-et-Principe, Somalie, Soudan du Sud et Timor-Leste). Dans sa Déclaration ministérielle, le Groupe s'est engagé à utiliser le processus d'accession à l'OMC et le statut de Membre pour promouvoir la consolidation de la paix et le développement durable, et à faciliter les accessions à l'Organisation.

J'ai eu le plaisir d'assister au lancement de cette initiative et je suis les travaux du Groupe depuis lors. Grâce à ses efforts, une série de manifestations sur le thème "Le commerce au service de la paix" ont été organisées à l'automne dernier, notamment en partenariat avec la Plate-forme de Genève pour la consolidation de la paix. J'ai également été invité à prendre la parole au Forum de Paris sur la paix qui s'est tenu en novembre 2018, au cours duquel j'ai mis en avant le rôle que joue l'OMC dans le soutien à une paix durable.

En décembre 2018, je me suis rendu à Djibouti pour assister au deuxième Dialogue régional sur les accessions à l'OMC pour les pays de la Corne de l'Afrique, qui avait pour thème "Le commerce au service de la paix par l'accession à l'OMC". Tous les participants au programme de Djibouti sont convenus que l'accession à l'OMC était un élément important des plans de redressement des États fragiles après les conflits, car il leur permettait de mettre en place des cadres de politique crédibles et de promouvoir la transparence et la bonne gouvernance. Ils ont reconnu que l'initiative "Le commerce au service de la paix" était un moyen important par lequel le système commercial multilatéral pouvait contribuer aux efforts de consolidation de la paix dans la Corne de l'Afrique et dans d'autres parties du monde. Dans ce contexte, l'OMC a été officiellement invitée à continuer de définir de quelle manière elle contribue à ces efforts, notamment en renforçant la coopération entre la communauté commerciale et les défenseurs de la paix.

La réunion du groupe d'experts d'aujourd'hui s'inscrit dans le prolongement de ces efforts. Je ne vois pas de meilleur exemple du "commerce au service de la paix" que la présence du Soudan du Sud à l'OMC aujourd'hui. Avec sa ferme détermination à faire avancer le processus d'accession – souvent complexe et difficile – le Soudan du Sud nous montre ce que l'initiative "Le commerce au service de la paix" est susceptible d'accomplir là où la paix reste fragile. L'une des raisons les plus convaincantes d'être optimistes à l'égard du système commercial multilatéral est que les pays touchés par un conflit, comme le Soudan du Sud, voient dans l'OMC ce que les fondateurs du système commercial multilatéral y voyaient lors de sa création en 1947, à savoir une voie vers la croissance économique qui les mènera à une plus grande stabilité au niveau national et leur donnera de plus grandes chances d'instaurer et de maintenir la paix. L'attitude du Soudan du Sud aujourd'hui nous rappelle à point nommé cet avantage fondamental du système commercial multilatéral.

Permettez-moi de vous assurer, au nom du Secrétariat de l'OMC, que nous avons l'intention de jouer pleinement notre rôle, c'est-à-dire d'aider les gouvernements accédants et les Membres à utiliser le commerce comme un instrument pour consolider la paix et la maintenir. J'adresse une fois de plus mes sincères remerciements à la délégation du Soudan du Sud, qui est résolue à collaborer avec les Membres de l'OMC pour faire du commerce au service de la paix une réalité.

Je vous remercie.

Partager


Partager


  

Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.