DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT YONOV FREDERICK AGAH

Pour en savoir plus

  

Bonjour.

Je vous souhaite à tous la bienvenue à ces réunions informelles du CNC et des Chefs de délégation — les premières que nous tenons dans le cadre de cet arrangement provisoire, en place jusqu'à la prise de fonction du nouveau Directeur général.

Mes collègues Directeurs généraux adjoints et moi-même souhaitons tout d'abord vous adresser à tous nos meilleurs vœux de santé et de sécurité, ainsi qu'à vos familles ici, à Genève, et dans le monde entier.

En tant que membres du Secrétariat, nous sommes heureux de vous voir si nombreux de retour dans les locaux de l'OMC, et nous vous remercions de votre coopération s'agissant des précautions sanitaires nécessaires à prendre.

Avant de poursuivre, je souhaiterais donner la parole au Président du Conseil général.

[L'Ambassadeur Walker prend la parole.]

Merci, M. l'Ambassadeur Walker.

Comme l'a fait observer le Président du Conseil général, notre principal objectif — en tant que Directeurs généraux adjoints — est de garantir la stabilité et la continuité pendant cette période de transition.

C'est ce que vous, les Membres — par l'intermédiaire du Conseil général — nous avez demandé. Et c'est ce à quoi nous nous engageons.

À ce sujet, nous sommes dûment restés en contact avec le Président et les Membres du Conseil général.

Dans le cadre de la préparation des réunions d'aujourd'hui, et en coordination avec le Président du Conseil général, nous avons tenu une réunion virtuelle avec les Présidents des groupes de négociation le 2 octobre. À cette réunion, les Présidents ont insisté sur la nécessité de poursuivre les travaux du CNC pendant la période de transition et de tenir les Membres informés des évolutions en cours dans les organes de négociation.

Ils ont souligné qu'il était important de continuer de travailler — car les Membres ont en effet du pain sur la planche. Il me semble que c'est également l'avis que beaucoup d'entre vous ont exprimé lors des dernières réunions du CNC et des Chefs de délégation en juillet.

Les Présidents nous ont fait savoir que, depuis juillet, plusieurs d'entre eux avaient repris leurs travaux ou repris contact sous diverses formes. Sous peu, je donnerai aux Présidents dont les groupes ont fait des progrès depuis juillet l'occasion de vous faire rapport.

En outre, les Présidents des sessions extraordinaires du Conseil des ADPIC et du Conseil du commerce des services prendront bientôt contact avec les délégations. Ils vous demanderont votre point de vue sur la façon de faire avancer les travaux dans ces domaines. Nous devrions, si tout va bien, entendre leurs rapports concernant leurs efforts de communication à notre prochaine réunion.

Toutefois, avant de passer aux rapports des Présidents, je souhaiterais vous donner des renseignements actualisés concernant la gestion du Secrétariat pendant cette période de transition, y compris les activités que nous avons menées récemment en tant que Directeurs généraux adjoints.

Nous, les Directeurs généraux adjoints, souhaitons rassurer tous les Chefs de délégation sur le fait que la transition se fait sans heurts, conformément à vos instructions au Conseil général. Le Secrétariat continue de fonctionner normalement dans tous ses domaines de travail et reste disponible, comme à l'accoutumée, pour soutenir les délégations en utilisant tous les moyens dont il dispose.

Je suis heureux de vous faire savoir que, depuis la pause estivale, nous assistons à une augmentation du nombre de réunions et d'activités sur place, de nombreuses délégations revenant dans les locaux. Nous nous en félicitons.

À cet égard, je souhaite assurer à toutes les délégations que l'objectif prioritaire de l'équipe spéciale sur la santé du Secrétariat est de garantir que l'OMC reste l'un des lieux les plus sûrs de la ville. Certes, des cas isolés de fonctionnaires ayant été testés positifs à la COVID-19 ont été recensés, mais rien n'indique que le virus se propage au sein du Centre William Rappard malgré l'augmentation du nombre de personnes s'y trouvant. Ces résultats, j'en suis sûr, peuvent être attribués aux bonnes pratiques que nous avons adoptées.

Nous continuerons de compter sur votre coopération et votre adhésion aux directives sanitaires que nous avons établies, pour que les Membres et le Secrétariat se rencontrent et travaillent dans un environnement le plus sûr possible.

De plus, nous répondons aux demandes des Membres d'accroître le nombre de salles de réunion équipées des technologies virtuelles nécessaires pour des réunions hybrides. Ce mois-ci, deux salles supplémentaires ont été mises à la disposition des délégations. Dans le même temps, nous continuons d'envisager l'utilisation d'autres plates-formes pour trouver des solutions de meilleure qualité et moins coûteuses.

Nous — les Directeurs généraux adjoints — souhaitons faire en sorte que l'OMC maintienne ses engagements envers toutes les parties prenantes pendant cette période de transition. C'est pourquoi nous avons poursuivi nos activités de communication à Genève et ailleurs, principalement au moyen de plates-formes numériques.

Dans toutes les discussions, les effets socioéconomiques de la pandémie de COVID-19 ont occupé une place importante.

Parmi les activités que nous avons menées, on peut citer ce qui suit:

  • Tout d'abord, la réunion ministérielle du G-20 sur le commerce et l'investissement, présidée par le Royaume d'Arabie saoudite, a eu lieu en septembre. Le Directeur général adjoint, M. Wolff, y a représenté l'OMC.
  • Ensuite, la réunion de l'Équipe spéciale interorganisations sur le financement du développement, où j'ai représenté l'OMC, s'est tenue au niveau de la direction la semaine dernière.
  • Le premier anniversaire de la Journée mondiale du coton, que nous avons célébré la semaine dernière, constitue également un événement de communication important.
  • Nous avons tous les quatre participé à une grande variété de manifestations et de tables rondes, sur des sujets allant du 25ème anniversaire de l'Accord sur les ADPIC à l'autonomisation économique des femmes, en passant par l'agriculture et la réforme de l'OMC.

Nous avons également pris contact à plusieurs reprises avec beaucoup d'entre vous — Ambassadeurs — ici à Genève.

Dans toutes ces discussions, nous avons mis l'accent sur l'importance capitale de la coopération et de la coordination internationales pour relever les défis d'aujourd'hui. Nous insistons sur le fait que des marchés ouverts et prévisibles sont essentiels pour favoriser une reprise forte et inclusive dans tous les pays. Et nous disons clairement qu'une fermeture du commerce engendrerait des chocs inutiles du côté de l'offre, un ralentissement de la croissance du commerce mondial, une baisse de la productivité et une diminution du niveau de vie.

Les Ministres du commerce et de l'investissement du G-20 se sont engagés à poursuivre leur coopération et leur coordination pour soutenir la reprise du commerce mondial et de l'investissement et à appuyer les réformes nécessaires de l'OMC. Les Ministres du G-20 ont également souligné l'importance que revêtent les négociations en cours à l'OMC et ont réaffirmé être favorables à un accord d'ici à la fin de l'année 2020 sur des disciplines complètes et efficaces sur les subventions à la pêche.

Le Communiqué du G-20 a été distribué à tous les Membres à la demande de la délégation du Royaume d'Arabie saoudite, sous la cote WT/GC/221.

La semaine dernière, les économistes de l'OMC ont donné quelques bonnes nouvelles concernant les courants d'échanges mondiaux après la profonde récession provoquée par la COVID-19.

En juin et juillet, la croissance du commerce des marchandises a été plus forte que prévu. Nos économistes prévoient maintenant que le volume du commerce mondial des marchandises diminuera de 9,2% cette année par rapport à 2019. Il s'agirait d'une des pires contractions subies depuis des années, égale à l'effondrement enregistré pendant la crise de 2008-2009. Toutefois, c'est bien mieux que la chute de 13% qui semblait probable en juin, et qui aurait constitué la pire contraction depuis les années 1930. Et en avril, lorsque nos économistes avaient formulé leur première prévision pour l'année, cette contraction de 13% était un scénario relativement optimiste. Ils prévoyaient que, si la situation s'agissant de l'épidémie et des stratégies adoptées pour y faire face empirait brusquement, le commerce des marchandises pourrait plonger de 32%, voire plus.

Un autre signe encourageant pour le commerce est que les importations et les exportations contribuent clairement à satisfaire la forte progression de la demande en équipements médicaux clés. Par exemple, de nouvelles données sur le commerce montrent que le commerce d'équipements de protection individuelle (EPI) au deuxième trimestre de l'année a bondi de 92% par rapport à l'année dernière — 122% si on compare le mois de mai de cette année à celui de 2019. Ces chiffres confirment que les échanges commerciaux font partie de la solution s'agissant de la résilience des chaînes d'approvisionnement.

Cela ne signifie pas que nous pouvons nous laisser aller à la complaisance ou à l'inaction. Bien que des données précises ne soient pas encore disponibles, nous savons que le commerce des services a été durement touché, avec une chute brutale des voyages et des services en personne. Et même pour le commerce des marchandises, la hausse de 7,2% prévue pour 2021 nous ferait rester à un niveau nettement inférieur à la tendance d'avant la crise, avec des risques importants de dégradation liés à la possible résurgence de la pandémie, qui pourrait perturber la reprise du commerce.

Nous devons rester vigilants et continuer de préparer le terrain pour que la relance économique soit forte, soutenue et inclusive. S'agissant de la création d'emplois et de la croissance, les stratégies que vous adoptez dans votre pays auront de l'importance. Tout comme les décisions et mesures que vous prenez ici, à l'OMC.

Cela concerne également la transparence et l'échange de renseignements. Nous sommes heureux que les Membres continuent de discuter des mesures commerciales relatives à la COVID-19 dans les organes compétents de l'OMC et de partager des renseignements avec le Secrétariat aux fins de ses travaux de suivi du commerce liés à la pandémie.

De plus, en ce qui concerne notre mandat en matière de transparence, je souhaite saisir cette occasion pour vous rappeler que le processus préparatoire des rapports de suivi du commerce de fin d'année de l'OMC a été lancé début septembre. Nous vous encourageons tous vivement à fournir les renseignements nécessaires au Secrétariat.

La pandémie et ses effets n'ont fait qu'exacerber les difficultés auxquelles notre organisation était déjà confrontée. Notre mission aujourd'hui ne consiste plus seulement à garantir que le commerce contribue, de toutes les manières possibles, à améliorer l'efficacité de la lutte contre la COVID-19. Elle consiste également à faire en sorte que le système commercial sorte de cette crise renforcé et mieux équipé pour répondre aux aspirations de tous les Membres. Cela implique de concrétiser les efforts de réforme en cours, sous la forme de nouveaux accords et d'une coopération renouvelée.

Ces remarques étant faites, permettez-moi de passer maintenant aux rapports des Présidents des organes de négociation. Je commencerai par les subventions à la pêche.

[Les Présidents des organes de négociation prennent la parole.]

Merci à tous pour vos rapports et pour les efforts que vous déployez inlassablement en vue d'aider les Membres à progresser dans leurs travaux.

Avant d'ouvrir le débat, je souhaite rappeler que nous espérons que vous continuerez, sous la direction de nos Présidents particulièrement compétents, à repérer et exploiter les terrains d'entente et domaines de convergence possibles. L'objectif est d'établir un environnement dans lequel le nouveau Directeur général — en tant que Président des CNC — aura une idée claire de la voie à suivre, au lieu de devoir démêler l'écheveau des vieux problèmes, ainsi que des nouveaux.

Comme toujours, la volonté politique et le pragmatisme restent essentiels, tout comme la nécessité de prendre toutes les voix en considération. L'aboutissement du processus ne dépend que de vous.

 

Partager


  

Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.