ALLOCUTIONS — DG NGOZI OKONJO-IWEALA

Pour en savoir plus

  

Merci beaucoup Santiago et bonjour Excellences. Je suis très heureuse de participer à la présentation du nouveau texte, qui constitue une étape importante sur la voie de la réunion ministérielle. Et comme Santiago l'a dit, ces derniers jours ont été difficiles avec toutes les réunions visant à avancer vers plus de convergence.

Pour commencer, je voulais juste vous donner quelques informations sur les suggestions de textes qui ont été introduites à l'article 7 sur l'assistance technique et le renforcement des capacités. Puis, à la fin de la réunion, je vous ferai part de mes réflexions sur la suite des événements et sur ce que nous devrons faire au cours des prochaines semaines, afin de tirer le meilleur parti de la réunion du 15 juillet.

En ce qui concerne l'article 7, vous verrez que les changements visent à rendre plus explicite le mécanisme par lequel nous pouvons garantir que l'assistance technique et le renforcement des capacités nécessaires à la mise en œuvre des nouvelles disciplines seront fournis aux pays en développement et moins avancés Membres. En particulier, nous avons maintenant un libellé spécifique sur l'établissement d'un mécanisme de financement de l'OMC, en coopération avec d'autres organisations internationales pertinentes telles que la FAO et le FIDA. Comme beaucoup d'entre vous le savent sans doute, depuis un certain temps déjà, j'ai pris contact avec les Membres au sujet d'un mécanisme de financement qui serait géré par l'OMC. L'objectif de ce fonds sera de coordonner et de financer la fourniture de l'assistance technique nécessaire pour aider les pays en développement et PMA Membres à adapter leurs systèmes de pêche nationaux, afin qu'ils puissent à la fois se conformer aux nouvelles règles et tirer pleinement parti des flexibilités prévues par les disciplines. J'ai pu constater directement, même le long de la côte ouest-africaine, le manque de capacité à tirer parti de ces flexibilités. Les donateurs potentiels avec lesquels j'ai parlé se sont déclarés très intéressés, et j'ai également eu des discussions fructueuses avec la FAO et le FIDA, qui sont actifs dans le domaine de la pêche. Ces deux organisations ont donné des indications très positives de leur intérêt et de leur volonté de travailler avec l'OMC et de la soutenir dans cette importante entreprise. Je pense que le personnel de nos deux organisations s'efforce de déterminer exactement ce que cela pourrait impliquer. Donc, encore une fois, l'objectif des modifications rédactionnelles suggérées est de donner une forme plus concrète à la disposition relative à l'assistance technique, sur la base de ce que nous faisons pour mettre en place ce mécanisme de financement.

La principale raison de cette démarche est que j'ai écouté de nombreux pays les moins avancés et en développement Membres qui ont expliqué les difficultés qu'ils ont rencontrées dans le passé en ce qui concerne les annonces d'assistance technique et de renforcement des capacités, qui se sont finalement avérées très compliquées dans la pratique et qui sont à l'origine du scepticisme observé chaque fois que nous disons que nous faisons de l'assistance technique et du renforcement des capacités. Concevoir quelque chose de différent pourrait donc se révéler efficace et nous aider à atteindre notre objectif.

Remarques finales

Merci Santiago. Je voudrais vous faire part de quelques observations personnelles sur la situation actuelle et sur ce qu'il nous reste à faire. Avant cela, permettez-moi de dire que je reste très optimiste quant à la conclusion de ces négociations, malgré les différences qui, d'après ce que nous voyons, doivent encore être aplanies. Il y a beaucoup de travail à faire, je l'admets, mais permettez-moi aussi de dire que ce groupe de négociation a beaucoup accompli. Nous sommes à la fois loin et proches. Et ce n'est pas une contradiction. Je perçois le sentiment partagé par les Membres d'un engagement et d'une responsabilité envers cette institution, notamment grâce à la ténacité dont vous faites preuve pour continuer à participer au programme de réunions très exigeant que Santiago et nous tous avons entrepris.

En ce qui concerne ce texte révisé et la nature des changements, je ne peux que me faire l'écho des propos du Président. Le texte reflète sa façon d'apprécier au mieux — après avoir écouté chacun d'entre vous, et compte tenu de vos opinions souvent extrêmement différentes — les changements qui peuvent favoriser la convergence. Nous nous sommes réunis, virtuellement, tous les jours, en fin de journée, après les discussions, pour faire le point sur la situation et voir quels progrès pouvaient être réalisés. L'histoire de ces négociations a montré à maintes reprises que les progrès tendent à se faire progressivement, et non par des avancées spectaculaires. Ainsi, bien que les changements puissent sembler modestes, je partage l'avis de Santiago selon lequel ils constituent une tentative très utile d'indiquer la direction vers une plus grande convergence, et que ce texte peut être une bonne base pour le travail plus détaillé et vraiment ciblé que nous devrons faire pour conclure les négociations. En ce sens, le texte devrait aider les Ministres à s'engager le 15 juillet d'une manière qui nous fournira le type d'impulsion et d'orientation politique dont nous avons besoin à ce stade pour pouvoir avancer vers une conclusion.

S'agissant de ce qui va se passer d'ici là, Santiago et moi allons nous rapprocher des délégations et poursuivre les réunions, et sa porte comme la mienne restent ouvertes, l'idée étant de rencontrer les différents Membres dans des configurations différentes afin de les écouter attentivement et de préparer autant que possible le terrain pour le 15 juillet, et de préparer en outre les questions que nous devons envoyer aux Ministres. Comme vous le savez, les questions à débattre accompagnées d'éléments contextuels seront distribuées à la fin de la semaine; il ne reste donc plus beaucoup de temps. L'objectif de nos activités sera d'utiliser ces documents et le nouveau texte pour essayer de clarifier les positions et d'identifier le plus possible de points consensuels parmi les Membres. J'espère que cela aidera les Ministres à s'engager de manière substantielle et constructive le 15 juillet. Leurs orientations et leur engagement politique seront extrêmement utiles à ce stade et j'espère que cela nous aidera à nous projeter afin de pouvoir utiliser efficacement notre temps après la réunion des Ministres pour aller de l'avant et finaliser le texte.

N'oubliez pas l'ambition et les objectifs des Ministres du Groupe APEC qui ont eux-mêmes fixé la date de la fin juillet pour la conclusion de nos travaux. De nombreux Ministres, malgré les difficultés qui leur ont été exposées, estiment qu'il est nécessaire et important d'aller de l'avant dans ce domaine. C'est une mission qui a été confiée à cette organisation, l'OMC, par les dirigeants du monde qui ont défini les objectifs de développement durable et les cibles que nous sommes censés atteindre. Nous ne devons pas l'oublier. Nous devons garder cela à l'esprit. C'est un devoir, une charge qui nous a été confiée et que nous devons prendre au sérieux. Ainsi, au cours des deux prochaines semaines, je vous demande de vous préparer à continuer dans toute la mesure du possible à participer à des réunions dans différentes configurations. Certaines d'entre elles pourraient être organisées avec un préavis très court. Vous avez fait preuve d'une endurance et d'un courage extraordinaires. Je ne peux que vous demander de continuer, car je sens un changement d'atmosphère et nous devrions en profiter pour avancer vers la conclusion de ces négociations. Je vous remercie donc d'avance. Gardons la tête haute et continuons à retrousser nos manches.

Partager


  

Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.