NOUVELLES: ALLOCUTIONS — DG ROBERTO AZEVÊDO


POUR EN SAVOIR PLUS:
> Allocutions: Roberto Azevêdo

  

Madame la Présidente,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Monsieur l'Ambassadeur de Mateo, Président du Conseil général,
Excellences,
Mesdames, Messieurs,

Félicitations pour le paquet de Nairobi.

Il y a deux ans à Bali, nous avons accompli quelque chose que l'OMC n'avait jamais fait auparavant — nous avons obtenu des résultats majeurs négociés au plan multilatéral.

Il avait fallu 18 ans. Beaucoup de travail. De la flexibilité, de la créativité et une volonté politique.

Cette semaine, ici à Nairobi, nous avons vu ces mêmes qualités à l'œuvre. Et aujourd'hui, une nouvelle fois, nous avons obtenu des résultats.

La décision que vous avez prise aujourd'hui concernant la concurrence à l'exportation est réellement historique. C'est le résultat le plus important qu'ait obtenu l'OMC en ce qui concerne l'agriculture.

L'élimination des subventions aux exportations agricoles est particulièrement notable.

Les Membres de l'OMC — en particulier les pays en développement — demandent depuis longtemps que des mesures soient prises concernant cette question du fait de l'énorme potentiel de distorsion qu'ont ces subventions pour ce qui est de la production intérieure et du commerce. En fait, cette tâche est toujours inachevée alors que les subventions à l'exportation ont été interdites pour les produits industriels il y a plus de 50 ans.

La décision d'aujourd'hui règle la question une fois pour toute. Elle élimine les distorsions que ces subventions causent sur les marchés agricoles, contribuant ainsi à uniformiser les règles du jeu au profit des agriculteurs et des exportateurs des pays en développement et les moins avancés.

Cette décision contribuera aussi à limiter les effets similaires de distorsion liés aux crédits à l'exportation et aux entreprises commerciales d'État.

Et elle améliorera le cadre de l'aide alimentaire internationale — en préservant cette bouée de sauvetage essentielle tout en garantissant qu'elle ne vient pas supplanter la production nationale.

Vous avez aussi pris aujourd'hui d'importantes mesures pour améliorer la sécurité alimentaire par le biais de décisions sur la détention de stocks publics et en vue de l'instauration d'un mécanisme de sauvegarde spéciale.

Et vous avez adopté un ensemble de décisions spécifiques pour les PMA.

Ces décisions prévoient des mesures visant à renforcer les règles d'origine préférentielles pour les PMA et le traitement préférentiel pour les fournisseurs de services des PMA.

Et elles prévoient un certain nombre de mesures sur le coton, telles que l'élimination des subventions à l'exportation et l'octroi immédiat d'un accès aux marchés en franchise de droits et sans contingent pour divers produits du coton en provenance des PMA.

En outre, nous avons approuvé cette semaine l'accession à l'OMC du Libéria et de l'Afghanistan. Et je sais que nous sommes tous déterminés à aider ces deux PMA à avancer sur la voie de la croissance et du développement.

Nous avons aussi constaté un engagement renouvelé à l'égard du renforcement des capacités commerciales des PMA qui s'est exprimé par le niveau élevé du soutien promis lors de la conférence d'annonce de contributions du CIR.

Enfin, un important groupe de Membres est convenu de l'élargissement de l'Accord sur les technologies de l'information. Là encore, c'est une avancée historique. Cela permettra d'éliminer les droits de douane sur 10% des échanges mondiaux — ce qui en fait le plus important accord de réduction des droits de douane que nous ayons conclu depuis 1996.

Je veux donc tous vous féliciter.

Tout cela est le résultat de votre travail acharné et de votre engagement déterminé - ainsi que de notre foi partagée dans l'art du possible.

Alors que nous célébrons ces succès, nous devons faire preuve de clairvoyance concernant la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui.

Nous avons réussi ici malgré les divergences persistantes et fondamentales des Membres concernant notre programme de négociation et non parce que ces divergences ont été réglées.

Nous devons faire face à ce problème. Nous devons y remédier.

La Déclaration ministérielle admet l'existence d'opinions divergentes. Et elle nous donne pour instruction de trouver des moyens de faire avancer les négociations à Genève.

Les Membres doivent décider — le monde doit décider — de l'avenir de cette organisation.

Le monde doit décider de la voie sur laquelle doit s'engager cette organisation.

L'inaction serait en soi une décision. Et je suis convaincu que le prix de l'inaction est trop élevé.

Elle compromettrait les perspectives de tous ceux qui comptent sur le commerce aujourd'hui — et elle pénaliserait tous ceux qui auraient à gagner d'un système commercial mondial réformé et modernisé — en particulier dans les pays les plus pauvres.

Une très lourde tâche nous attend donc en 2016.

Mais aujourd'hui nous célébrons ce succès.

Je souhaiterais rendre à nouveau hommage au gouvernement et au peuple kényans qui nous ont accueillis cette semaine. Leur hospitalité a été chaleureuse et leur dévouement à l'égard de la tâche à accomplir sans faille. Nous leur devons vraiment beaucoup. Merci au Kenya.

Je rends hommage au Président Kenyatta pour son leadership et pour nous avoir honorés de sa présence cette semaine en nous témoignant d'un appui indéfectible.

Je souhaite remercier ma femme et ma famille. Ils ne sont pas ici avec moi mais ils sont toujours dans mon cœur.

En ce qui concerne les ministres facilitateurs, les présidents, les ambassadeurs facilitateurs et les amis, je vous remercie tous sincèrement pour vos efforts considérables qui nous ont menés où nous nous trouvons aujourd'hui.

Ma gratitude va aussi à tous les Membres de l'OMC pour leur engagement.

Je remercie le Secrétariat pour le dur travail qu'il a accompli avec dévouement.

Et je souhaite évidemment exprimer toute ma reconnaissance à Madame la Ministre Amina Mohamed. Ses conseils, son soutien et sa détermination inébranlable ont été pour nous source d'inspiration.

Alors merci Amina. C'est avec un immense plaisir que je vous offre ce maillet de cérémonie comme gage de notre reconnaissance.

Je suis heureux que nous ayons pu vous donner de bonnes raisons de l'utiliser.

Mesdames et Messieurs les Ministres,
Excellences,
Mesdames, Messieurs,

Nous sommes venus ici déterminés à obtenir des résultats pour tous ceux que nous représentons — et en particulier pour le milliard d'habitants que compte ce continent.

Dès le départ, j'avais dit que nous n'escomptions pas un résultat parfait. Et ce que nous avons obtenu n'est pas parfait. Il y a encore de nombreuses questions essentielles à régler.

Mais nous avons obtenu beaucoup. Nous avons montré une nouvelle fois ce que nous pouvons faire lorsque nous travaillons ensemble.

Les décisions que vous avez prises à Nairobi cette semaine contribueront à améliorer l'existence et les perspectives de nombreuses personnes dans le monde et ici en Afrique.

Et cela n'a pas été facile. Le processus n'est pas parfait, nous le savons.

Mais lorsque nous avons quitté Genève, les médias internationaux avaient déjà rédigé leurs titres:

  • "Impasse des pourparlers à l'OMC"
  • "Nouvel échec à l'OMC"

C'était la même chose à Bali. Et cela s'est reproduit cette année.

Eh bien, nous prenons quant à nous l'habitude de démentir ces titres catastrophiques.

Trop souvent par le passé, les négociations dans le cadre de l'OMC se sont mal terminées.

Mais, malgré tous les obstacles — malgré des problèmes qui sont réels — nous acquérons une nouvelle habitude à l'OMC — celle du succès.

Félicitations à vous tous.

Je vous remercie.

 

Flux de nouvelles RSS

> Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.