Découvrir ce qui se passe à l'OMC

NOUVELLES: COMMUNIQUÉ DE PRESSE 2004

PRESS/378
11 juin 2004
ÉVOLUTION RÉCENTE DU COMMERCE MONDIAL

Un rapport fait apparaître une modification de la physionomie du commerce des services et des produits agricoles

La physionomie du commerce international s'est modifiée dans deux domaines importants au cours des 20 dernières années (1985 2003). La croissance du commerce des services ne dépasse plus aussi nettement celle du commerce des marchandises, et la part relative des produits de base dans les échanges de produits agricoles diminue au profit des produits transformés, selon un rapport de l'OMC publié aujourd'hui, 11 juin 2004.

150pxls.gif (76 bytes)
VOIR AUSSI:
Communiqués de presse
Nouvelles
Allocutions: Supachai Panitchpakdi

Recherche et analyse économiques
Statistiques commerciales



Le rapport remet en cause l'idée générale selon laquelle “le commerce mondial des services commerciaux progresse plus vite que le commerce des marchandises”; “cela a été effectivement le cas durant la seconde moitié des années 80, mais ensuite, le bilan est mitigé”.

Globalement, la croissance du commerce des services et celle du commerce des marchandises évoluent de façon à peu près similaire depuis 1990. Entre 1990 et 2003, le commerce des services commerciaux et celui des marchandises ont augmenté en moyenne d'environ 6 pour cent par an, et la part des services dans le commerce international est par conséquent restée aux alentours de 20 pour cent sur la période.

“Dans l'ensemble, rien n'indique que les catégories de services en général aient accru leur part dans le commerce international”, indique le rapport.

Dans le détail, la situation est plus nuancée, certaines catégories de biens et de services affichant une croissance plus rapide que la moyenne globale, d'autres une croissance plus lente.

Les secteurs dont la croissance est la plus rapide sont, côté marchandises, les produits industriels (les “produits manufacturés”, qui ont vu leur part dans les exportations mondiales passer de 50,2 pour cent en 1985 à 58,2 pour cent en 2002), et une catégorie de services regroupant les services informatiques et les services d'information, les services financiers, les assurances, les télécommunications et les services personnels, culturels et récréatifs (appelés “autres” services dans le rapport, pour les distinguer des services de transport ou de voyage), qui sont passés de 6,3 pour cent des exportations mondiales en 1985 à 9,4 pour cent en 2002.

Les secteurs dont la croissance est plus lente que la moyenne globale sont, côté services, les transports (tombés de 5,5 pour cent des exportations mondiales en 1985 à 4,5 pour cent en 2002) et, côté marchandises, les produits agricoles (tombés de 11,3 pour cent des exportations mondiales à 7,2 pour cent sur la même période) et les produits des industries extractives (en recul de 18,3 pour cent à 9,7 pour cent).

Les produits des industries extractives (y compris les combustibles) se démarquent quelque peu des autres catégories de biens et de services, car leur part dans le commerce mondial augmente et diminue pour l'essentiel en fonction des fluctuations des prix pétroliers sur la période 1985 2002.

Enfin, si la part totale des produits agricoles dans le commerce mondial a diminué, on observe une augmentation tendancielle du commerce des produits transformés à travers les régions et pays du monde et pour les différents produits agricoles, tout au long de la période 1990 2002. Le Secrétariat de l'OMC estime que les produits transformés ont représenté presque 48 pour cent du commerce des produits agricoles en 2001 2002. Il y a lieu, selon le rapport, d'approfondir les recherches sur le rôle joué par la politique commerciale dans les évolutions observées.

Le rapport, intitulé “Tendances récentes du commerce international et évolution des politiques” (ci joint), complète les informations données par les chiffres du commerce pour 2003 et les perspectives d'évolution pour 2004 publiés le 5 avril 2004 (voir le communiqué de presse).

Ces chiffres font apparaître une reprise plus forte que prévue de la croissance du commerce mondial de marchandises, qui atteint 4,5 pour cent en termes réels en 2003, et une expansion encore plus forte en 2004, à 7,5 pour cent, sous réserve toutefois de certaines hypothèses.

Ce rapport fera partie d'une étude plus large de l'OMC, le “Rapport sur le commerce mondial 2004”, qui sera publiée en septembre.

150pxls.gif (76 bytes)
Tendances récentes du commerce international et évolution des politiques (format pdf, 25 pages, 926 Ko)