SERVICES

Pour en savoir plus

  

La proposition a été soumise par le Chili, le Mexique, la Nouvelle-Zélande et le Panama et fait suite à une précédente communication présentée par ces mêmes Membres l'année dernière, dans laquelle ils suggéraient que les délégations engagent des discussions exploratoires sur l'accès aux marchés en échangeant leurs points de vue sur les domaines d'intérêt actuels dans différents secteurs.

Les coauteurs soulignaient que le secteur du tourisme, plus que la plupart des secteurs de services, dépendait du commerce et était essentiel à la vitalité économique de nombreuses communautés, notamment dans les régions rurales et éloignées. Des données spécifiques ont été fournies: en 2017, les voyages et le tourisme ont représenté 3,2% du PIB mondial, et selon une définition plus large de l'Organisation mondiale du tourisme tenant compte de l'impact des voyages et du tourisme dans différents secteurs, la contribution au PIB mondial a été estimée à 10%.

En outre, les voyages et le tourisme représentent directement 3,8% de l'emploi mondial et soutiennent, plus largement, un emploi sur dix. D'après les prévisions, le secteur continuera de se développer rapidement ces prochaines années, et le nombre de voyageurs internationaux devrait atteindre 1,8 milliard au cours des 12 prochaines années, les pays en développement jouant un rôle de plus en plus important.

Dans ce contexte, la proposition mettait en avant le fait que l'amélioration des engagements dans le secteur des services du tourisme au titre de l'Accord général sur le commerce des services (AGCS) pouvait grandement contribuer à l'environnement général du secteur en renforçant la transparence et la prévisibilité. Par exemple, les engagements au titre du mode 3 (présence commerciale) fourniraient des garanties pour l'établissement des fournisseurs étrangers et leurs activités et contribueraient à accroître l'investissement étranger direct et à développer les activités touristiques locales, tandis que les engagements au titre du mode 4 (présence de personnes physiques) pourraient compléter ceux pris au titre des autres modes dans les cas où le service doit être fourni en personne.

La proposition définit également des domaines pour lesquels la prise d'engagements en matière de libéralisation dans un certain nombre d'autres secteurs revêtant une importance particulière pour l'industrie touristique soutiendrait et alimenterait la croissance du secteur du tourisme, par exemple le transport de passagers (notamment les navires de croisière), la construction, les services récréatifs, les services de congrès et les services de location de voitures.

Au cours de la réunion, plusieurs délégations ont réagi à la proposition, exprimant des points de vue différents. Certains ont fait des interventions concrètes portant sur leur expérience nationale, d'autres ont fait part de leur inquiétude à l'idée de discuter de questions relatives à l'accès aux marchés des services et ont appelé l'attention sur l'absence de progrès dans d'autres domaines présentant un intérêt pour les négociations.

Partager


Partager


  

Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.