DIRECTRICE GÉNÉRALE NGOZI OKONJO-IWEALA

Diaporama

Pour en savoir plus

  

Dans l'allocution qu'elle a prononcée à la fin de la réunion organisée par l'OMC sur le thème “COVID-19 et équité vaccinale: quelle contribution peut apporter l'OMC?”, la Directrice générale a dit que, dans leurs déclarations, des ministres de gouvernements, des fabricants de vaccins, des représentants de la société civile et des dirigeants d'organisations internationales avaient identifié les problèmes qui se posaient et indiqué des solutions possibles.  

Selon elle, “ces problèmes concernent le patrimoine commun de l'humanité et nous devons les résoudre ensemble”.

Elle espérait que la réunion, à laquelle ont participé 50 intervenants environ, servirait de base à la poursuite du dialogue en vue d'obtenir des résultats s'agissant de l'augmentation des volumes de production de vaccins à court terme et des investissements à plus long terme dans cette production ainsi qu'en vue de renforcer la contribution du système commercial aux mesures de planification préalable pour faire face aux pandémies.

La DG Okonjo-Iweala a dit que la discussion avait mis en lumière la complexité du défi posé par l'accélération du déploiement des vaccins.

Selon elle, le grand nombre de préoccupations liées au commerce exprimées pendant la réunion, allant de l'importance d'un commerce transfrontières ouvert pour l'accès aux matières premières et aux intrants utilisés pour les vaccins aux divergences sur le rôle des mesures de protection de la propriété intellectuelle indiquaient “que l'OMC [devait] jouer un rôle central dans la réponse à cette crise”. “Ce sont des questions qui sont du ressort des Membres”, a-t-elle déclaré.

La Directrice générale espérait que les idées avancées au cours de la réunion “contribueraient à parvenir à une convergence dans le cadre du Conseil des ADPIC sur des résultats significatifs qui aideraient à la réalisation de nos objectifs communs”.

Dans le cadre de l'identification des mesures pour assurer un suivi concret qui se sont dégagées lors de la discussion, elle a indiqué que les Membres de l'OMC pourraient réduire davantage les restrictions à l'exportation et les obstacles liés aux chaînes d'approvisionnement et s'efforcer de faciliter la logistique et les procédures douanières. Les fabricants de vaccins, pour leur part, pourraient s'employer à adapter la capacité de production existante là où elle se trouve, en fournissant un savoir-faire et en assurant le transfert de technologie, et prendre des mesures en vue d'investissements à plus long terme. La Directrice générale a souligné l'importance d'accroître la transparence des contrats. Les organisations internationales et les institutions financières, en plus d'apporter un soutien financier aux capacités existantes et nouvelles, pourraient fournir un soutien en matière de capacités pour les questions de réglementation relatives aux vaccins, aux traitements et aux diagnostics.

“J'espère que parmi les résultats obtenus aujourd'hui, il y aura non seulement des actions concrètes visant à accroître les capacités [de production de vaccins], mais aussi des éléments d'un cadre sur le commerce et la santé que nous pouvons élaborer à l'OMC et présenter aux ministres à la 12ème Conférence ministérielle en décembre”, a-t-elle déclaré. “Pour moi, un tel cadre devra prévoir des mesures de planification préalable liées au commerce pour faire face à la pandémie actuelle et à la suivante.”

Ses observations finales peuvent être consultées ici.

Partager

Partager


  

Photos
Galerie de photos Voir le diaporama
DG

Des problèmes pour visualiser cette page?
Veuillez écrire à webmaster@wto.org en indiquant le système d’exploitation et le navigateur que vous utilisez.