Découvrir ce qui se passe à l'OMC

NOUVELLES: NOUVELLES 2002

Genève, 11-13 septembre 2002
Séminaire de gestion du JITAP

150pxls.gif (76 bytes)
VOIR AUSSI:
Communiqués de presse
Nouvelles
Allocutions: Supachai Panitchpakdi



Un séminaire de gestion accéléré consacré à l'examen de la progression des travaux relatifs au Programme intégré conjoint d'assistance technique (JITAP) s'est tenu à l'OMC, du 11 au 13 septembre 2002. Ce premier programme mené par les trois principales organisations d'assistance technique liée au commerce représente un tournant dans le domaine de l'assistance technique liée au commerce. Depuis 1998, le JITAP a été mis en œuvre, et continue de l'être, dans huit pays d'Afrique, à savoir le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, le Ghana, le Kenya, l'Ouganda, la République Unie de Tanzanie et la Tunisie. Treize pays donateurs soutiennent ce programme à hauteur d'environ 10 millions de dollars EU. Il s'agit des pays suivants: Allemagne, Autriche, Belgique, Canada, Danemark, Finlande, France, Irlande, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède et Suisse.

Le JITAP était un programme expérimental destiné à réduire la marginalisation des pays d'Afrique dans l'économie mondiale, par un renforcement des capacités aux trois niveaux essentiels, à savoir le gouvernement, les institutions et les entreprises. Il a établi les bases d'une méthode de l'inclusion en vue de développer la capacité de chaque pays de participer au système commercial multilatéral, et d'élaborer des stratégies d'exportation pouvant être mises en œuvre au niveau sectoriel grâce à une mobilisation de toutes les parties prenantes.

Le JITAP a récemment fait l'objet d'une évaluation qui a confirmé que l'expérience était particulièrement concluante. On a décrit ce programme comme étant “probablement le programme d'assistance technique le plus reconnu au monde”, avec des résultats considérables à son actif. Dans les conclusions de l'évaluation, il a été recommandé de prolonger et d'étendre le JITAP. Son utilité a été confirmée à la réunion par les huit pays partenaires. Les organisations s'efforcent à présent d'établir un document de programme en vue d'une nouvelle phase qui doit débuter en janvier 2003, pour viser un nombre accru de pays d'Afrique.

M. Ablassé Ouedraogo, Directeur général adjoint de l'OMC et Président de la réunion, a souligné que la Déclaration de Doha plaçait l'intérêt des pays d'Afrique et des autres pays en développement au cœur du programme de travail de l'OMC.

M. Carlos Fortin, Secrétaire général adjoint de la CNUCED, a souligné l'importance du JITAP en raison du caractère unique de ce programme d'assistance technique liée au commerce. Les trois institutions spécialisées dans les questions commerciales ayant leur siège à Genève travaillent de façon concertée avec les pays bénéficiaires et les donateurs au développement des capacités afin de tirer parti du système commercial multilatéral.

M. Joseph Smadja, Directeur exécutif adjoint du CCI, a fait observer que l'offre et la demande d'assistance technique liée au commerce avaient énormément augmenté et que cet élément faisait partie intégrante du programme de travail de Doha.

Des fonctionnaires de haut niveau des pays partenaires d'Afrique et des représentants des donateurs finançant le programme actuel ont assisté à la réunion. Tous les participants ont joué un rôle constructif dans la l'élaboration du nouveau programme JITAP.