150pxls.gif (76 bytes)
Information about the organization

3 L'OMC peut… stimuler la croissance économique et l'emploi

La relation entre le commerce et l'emploi est complexe. Il est vrai que le commerce peut créer des emplois, mais il est vrai aussi que la concurrence des importations peut exercer une pression sur les producteurs et les amener à licencier des travailleurs.

L'effet de la concurrence des producteurs étrangers varie selon les entreprises d'un même secteur, selon les secteurs de l'économie et selon les pays. Il en va de même de l'effet des nouvelles possibilités commerciales.

L'OMC peut…

...réduire le coût de la vie et relever les niveaux de vie
...régler les différends et réduire les tensions commerciales
...stimuler la croissance économique et l'emploi
...réduire le coût de l'activité commerciale au niveau international
...encourager la bonne gouvernance
...aider les pays à se développer
...donner aux faibles les moyens de se faire entendre
...agir en faveur de l'environnement et de la santé
...contribuer à la paix et à la stabilité
...être efficace sans faire la une des journaux

150pxls.gif (76 bytes)

 

Le relèvement des niveaux de vie, la réalisation du plein emploi et le développement durable sont les objectifs des gouvernements Membres de l'OMC, énoncés dans l'Accord de Marrakech qui a institué l'OMC.  L'un des moyens d'y parvenir est la "réduction substantielle des tarifs douaniers et des autres obstacles au commerce".

Ce processus d'ouverture des échanges a lieu dans le cadre des règles de l'OMC, qui tiennent compte du fait que certains pays sont mieux outillés que d'autres pour ouvrir largement leur marché.  Certains ont, par exemple, une infrastructure juridique, réglementaire et matérielle plus avancée.  D'une manière générale, il est plus facile pour les pays développés d'ouvrir leurs marchés que pour de nombreux pays en développement.

En conséquence, les droits de douane (droits d'importation) moyens, du moins pour les produits manufacturés, sont beaucoup plus bas dans les pays développés que dans les pays en développement – mais cela n'est pas vrai dans tous les cas ni pour tous les produits.

Les économies ouvertes ont tendance à croître plus rapidement et plus régulièrement que les économies fermées, et la croissance économique est un important facteur de création d'emplois.  Les entreprises rentables embauchent généralement plus que celles qui sont déficitaires.  Le commerce peut aussi stimuler l'efficience et la productivité car les entreprises ont accès à une plus large gamme d'intrants de qualité à un prix abordable.  Elles ont aussi accès à des technologies et à un savoir‑faire qu'elles ne pourraient pas obtenir dans une économie fermée.  L'accès à la technologie et à des intrants de qualité peut encourager l'innovation et la créativité sur le lieu de travail.

Par ailleurs, la concurrence peut être un puissant stimulant pour les entreprises qui cherchent de nouveaux moyens de produire mieux et moins cher.  L'apport d'idées nouvelles venant d'autres pays peut rendre les entreprises plus productives.  Il en va de même de l'accès accru aux marchés d'exportation.  Mais améliorer la productivité signifie souvent faire plus avec moins, ce qui peut vouloir dire moins de travailleurs.  Il s'ensuit inévitablement que, dans certains secteurs, des travailleurs perdront leur emploi.

C'est ce que les économistes appellent l'"attrition" et ce que l'économiste austro‑américain Joseph Schumpeter a qualifié de "destruction créatrice".  Cela fait partie de la vie économique depuis des siècles et peut se révéler douloureux.  Mais l'histoire nous apprend que les pays qui cherchent à bloquer les importations de produits, de services ou d'idées voient souvent leur économie stagner.

Il est important de reconnaître que, si le commerce offre la plupart du temps des avantages réels à la plupart des gens — consommateurs et producteurs —, certains en souffrent.  Il est important du point de vue social et politique de reconnaître que le commerce peut constituer une menace.  Les travailleurs qui ont perdu leur emploi ont besoin d'aide, et les sondages montrent clairement que les personnes ont beaucoup plus tendance à soutenir l'ouverture des échanges si elles savent qu'elles pourront bénéficier d'une telle aide.

C'est pourquoi les gouvernements doivent maintenir des programmes sociaux efficaces capables de protéger les travailleurs qui perdent leur emploi en raison du commerce et de leur offrir une formation pour retrouver du travail.

Moyenne +34%
 

En Afrique subsaharienne, les personnes qui travaillent dans des entreprises tournées vers l'exportation touchent un salaire supérieur de 34 pour cent au salaire moyen.

 

 

1975
 
Aujourd'hui
 

En 1975, 60 pour cent de la population asiatique vivaient dans la pauvreté absolue, contre moins de 20 pour cent aujourd'hui.

 

 

 

 


Les 23 pays sont les suivants: Allemagne et Allemagne de l'Ouest (jusqu'en 1991), Australie, Autriche, Belgique, Canada, Corée, Danemark, Espagne, États Unis, Finlande, France, Islande, Italie, Japon, Luxembourg, Norvège, Nouvelle Zélande, Pays Bas, Portugal, Royaume Uni, Suède, Suisse et Turquie.

Source: Newfarmer, R. et Sztajerowska, M. (2012), "Trade and Employment in a Fast Changing World", dans OCDE (2012), Policy Priorities for International Trade and Jobs, Douglas Lippoldt (ed.), OCDE, Paris.

Mais si le lien entre le commerce et l'emploi est complexe, une chose est claire:  le protectionnisme ne protège pas l'emploi, ou s'il le fait, cela peut avoir un coût très élevé et cela peut nuire à l'emploi ailleurs dans l'économie.  C'est particulièrement vrai aujourd'hui dans l'économie mondiale de plus en plus interconnectée.

Avec la prolifération des chaînes de valeur mondiales, la production et l'approvisionnement franchissent de nombreuses frontières.  Les produits sont rarement fabriqués dans un seul pays et sont plutôt assemblés avec des pièces et des services provenant de nombreux pays.

La participation à ces chaînes serait sérieusement compromise si les biens et les services nécessaires pour fabriquer ces produits devenaient plus coûteux ou plus difficiles à trouver.

En outre, de nombreux emplois dans tous les pays sont directement liés aux importations, notamment dans des secteurs comme la vente au détail, l'expédition, la livraison exprès et la logistique.  L'adage selon lequel les exportations sont bonnes et les importations mauvaises a toujours été douteux, et cela est encore plus évident aujourd'hui.

Dans le secteur des technologies de l'information et de la communication, des pays en développement tel que la Malaisie, Maurice et l'Égypte ont retiré des avantages considérables de l'ouverture de leurs marchés, atteignant des niveaux d'emploi élevés dans ce domaine.  Des pays développés tels que la Finlande, la Suède et l'Irlande ont suivi une démarche analogue, ce qui a contribué à la croissance économique et à la création d'emplois.

Il se peut que le commerce menace certains emplois, mais la plupart des économistes estiment que le progrès technologique contribue beaucoup plus à la perte d'emplois, notamment d'emplois peu qualifiés.  Quand l'automobile a été inventée, c'était une mauvaise nouvelle pour les forgerons et les éleveurs de chevaux.  La lumière électrique a causé des problèmes aux fabricants de bougies.  Mais ces innovations ont évidemment créé des millions d'emplois dans les secteurs de l'automobile et de l'éclairage.

L'OCDE a analysé l'incidence des importations sur le taux de chômage dans 23 pays.  La corrélation entre le taux de pénétration des importations et le chômage peut donner à penser qu'il y a eu un lien entre les deux pendant la période 1970‑1990, mais la situation a bien changé au cours des 20 dernières années.  À partir de 1990, les lignes ont divergé fortement, et tout lien entre les deux a maintenant disparu.

 

Les gouvernements doivent maintenir des programmes sociaux efficaces pour protéger les travailleurs qui perdent leur emploi.

Les emplois liés au commerce sont généralement mieux payés que les autres.  En Europe occidentale, les personnes qui travaillent dans des entreprises tournées vers l'exportation touchent un salaire supérieur de 10 à 20 pour cent au salaire moyen.  Aux États‑Unis, l'avantage de salaire est de 6 pour cent et, en Afrique subsaharienne, il est de 34 pour cent.

 

Dans l'ensemble, les salaires sont plus élevés dans les économies ouvertes que dans les économies fermées.  Les travailleurs du secteur manufacturier gagnent trois à neuf fois plus dans les économies ouvertes que dans les économies fermées.

Mais, comme presque toujours, le tableau n'est ni tout noir ni tout blanc.  Le commerce contribue à l'accroissement de la productivité, qui entraîne une augmentation des salaires.  Mais les faits montrent aussi que, dans les économies avancées, les salaires dans certains secteurs diminuent quand ces secteurs sont exposés à la concurrence de pays où les salaires sont plus bas.  Des études montrent aussi que, dans certains cas, le commerce peut contribuer à une plus grande inégalité de revenu dans certains secteurs.

Comme nous l'avons dit au début, la relation entre le commerce et l'emploi est complexe, et l'incidence du commerce sur l'emploi ne peut être analysée isolément.  Beaucoup d'autres facteurs sont liés à la création d'emplois durables.  Dans certains cas, l'ouverture rapide des échanges ne sera pas la bonne politique.  Sans une infrastructure matérielle, institutionnelle et juridique adéquate, les avantages de l'ouverture commerciale peuvent être compromis.

Pourtant, l'ouverture a aidé de nombreux pays à réduire la pauvreté.  En Asie aujourd'hui, moins de 20 pour cent des gens vivent dans la pauvreté absolue.  En 1975, c'était 60 pour cent.  Dans l'Afrique d'aujourd'hui et pour la première fois, moins de la moitié des habitants vivent dans une telle pauvreté.  Le commerce a été un facteur important dans le développement et la réduction de la pauvreté dans les deux régions.

Le commerce est un outil important, et nous savons que sans lui, la croissance, la création d'emplois et le développement sont plus difficiles à réaliser.  Mais ce n'est pas la panacée.